jeudi 19 octobre 2017

Le katana suisse, un projet fou

Les artisans vaudois se sont mis en tête de fabriquer un vrai katana japonais à... Vallorbe en Suisse. La petite bourgade du Jura suisse à 750 mètres d'altitude, doit son développement au travail du fer. L'exploitation du minerai attestée dès le IVème siècle, a connu son apogée au XVIème, avant l'arrivée, tardive (car les Chinois y étaient déjà parvenus au Ier siècle de notre ère et les Japonais à leur suite s'en inspirèrent également bien avant), des hauts fourneaux, permettant d'atteindre le point de fusion du métal et de produire des quantités industrielles. Industrialisation qui va épuiser le gisement. Les artisans vaudois devront alors se reconvertir dans les métiers de serruriers, armuriers, cloutiers, sous la pression des importations de minerai.
Le but du projet katana est de vendre la réalisation finale aux enchères pour financer un fond de revitalisation de l'artisanat local. Comme minerai le choix s'est porté vers celui du Poste des Mines, dans le Risoux, filon réputé il y a encore deux siècles pour sa goethite, qui contient 60% de fer (c'est de la goethite qu'on a utilisé comme pigment dans les peintures des grottes de Lascaux). Pour l'occasion a été dressé un bas fourneau sur place. Puis le minerai a été envoyé à Taro Asano, jeune katanakaji (kaji = forgeron) japonais de 41 ans installé à Seki. Taro Asano a été formé par Fujiwara Kanefusa, 25ème génération de maître-coutelier, qui n'est autre que le mentor et ami du dirigeant de Kasumi, marque distribuée par Chroma France (il figure d'ailleurs sur leurs prospectus commerciaux). 
Mais ce n'est pas gagné pour les Suisses, Asano a tenté de forger les échantillons, avant de répondre  que ce n'était pas possible, le fer de la vallée de Joux ne convient pas à la fabrication de sabres. Trop d'arsenic ! On aurait pu leur dire, il est en effet de notoriété que le fer européen contient trop d'impuretés qui le rendent cassant. La différence étant que le minerai européen provient de roches minérales contenant de l'oxyde de fer et le second d'un fin sable noir ferrifère détaché par oxydation de rochers volcaniques. Ce n'est donc pas gagné. Retour à la case départ pour les apprentis forgerons suisses.     

Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 10 octobre 2017

Nobel japonais ou anglais ?

Contre toute attente l’Académie suédoise a couronné Nobel de littérature Kazuo Ishiguro, écrivain britannique. C'est du moins ce que disent les Anglais car il a acquis la nationalité britannique à l'âge de 28 ans. Les Japonais aussi revendiquent comme un des leurs ce descendant d'une famille de samouraïs et celui-ci les fortifie en cela car dit-il, une large part de ma manière de voir le monde, mon approche esthétique, est japonaise, car j’ai été élevé par des parents japonais, parlant en japonais. A 63 ans, il se voit comme le produit de ces deux cultures très éloignées malgré qu'en 1987 dans un entretien à Libération il déclarait qu' « en termes de style et de technique, je suis un écrivain occidental, très éloigné de la tradition japonaise. J'ai créé dans mes livres un Japon imaginaire ». 
Ses 8 romans n'ont été vendus jusqu'à présent qu'à moins d'un million d'exemplaires au total au Japon - nul doute que cela risque de changer.
Né à Nagasaki en 1954, Ishiguro s’est installé au Royaume-Uni avec sa famille en 1960 dans les bagages de son père, océanographe venu explorer les champs pétrolifères au large de l’Ecosse. Une mission provisoire qui va durer, la famille ne rentrant jamais au Japon. Deux de ses romans ont été portés à l'écran. En 2010, Auprès de moi toujours, ("Never let me go" avec Keira Knightley comme actrice principale), dystopie SF disponible en vidéo sous le titre français). Meilleur roman de l'année 2005 selon Time Magazine mais échec commercial au cinéma (9 millions de recettes pour un coût de 15 millions) comme tous les films qui décrivent un avenir sombre à l'humanité. En 1994 le cultissime Vestiges du jour récit fameux de 1989 sur une histoire d'amour inaboutie pour cause de totale abnégation à une profession faite de rigueur et de précision - c'est là qu'on sent la "patte" anglo-japonaise. Ce dernier film dont le majordome Stevens et Miss Kenton ont inspiré leur vocation à de nombreux majordomes et gouvernantes dans le monde, fut 8 fois nominé aux Oscars. D'un coût de 11,5 millions de $ il en générera plus du double en recettes. C'est un roman merveilleusement écrit et merveilleusement filmé, le film reposant sur la personnalité d'Anthony Hopkins qui crève l'écran. A relire et à revoir.
Pour la petite histoire il n'y a eu que deux Nobel japonais jusqu'ici, Yasuri Kawabata en 1968 qui s'est suicidé en 1972 et Kenzaburo Oe en 1994. Celui de cette année sera bien sûr porté au crédit du Royaume-Uni.

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 30 août 2017

Dorimu de retour


"Comme j'envie le feuillage de l'érable, qui devient beau et qui tombe" (Kagami Shiko, poète du XVIIème siècle).
Dorimu "Pure Damascus coreless steel", le couteau manche en bois d'érable de la marque Chroma, nous revient à temps (nous étions rapidement tombés en rupture). Vous le trouverez entre autres dans tous les magasins La Bovida. Depuis plus de 2000 ans les couteaux en damas fascinent le monde de la coutellerie. La technologie multi-couches avancée dont Dorimu est l'héritier a rendu possible l'obtention de ce damas entièrement artisanal, un rêve (Dorimu en japonais) devenu réalité après des années de recherche. Contrairement aux damas impairs à noyau central, c'est ici toute la surface qui tranche. Deux aciers hagane, VG10 et VG2, en forment les contours et c'est un exploit mémorable car pour l'instant on n'avait jamais réussi à faire un vrai damas en aciers inoxydables. Chroma ambitionne 25 % de tranchant de plus qu'un VG10 noyau et la lame est aussi 1.4 fois moins friable. De surcroît le VG2 mêlé rend l'aiguisage plus facilement à votre portée que les VG10 purs, assez difficiles à affûter pour les novices. Taux de carbone : 1,0 %. Degrés Rockwell : 60 HRC. Coffret bois Luxe pour produit d'exception.
         


Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 20 juillet 2017

Takamura a un petit frère


La gamme Takamura s'est agrandie en ce mois de juillet chez chroma France avec ce san-maï (3 couches avec noyau central) en SPG2 du fabricant d'aciers de qualité, Takefu. L'occasion de nous pencher un peu sur la métallurgie des poudres, une autre technique de fabrication.
L'acier poudre est à différencier de l'acier massif, ce sont des particules d'oxydes métalliques très pures affinées pendant plusieurs heures par broyages successifs dans un conteneur scellé agité fortement avec des billes de tungstène, opération dénommée mécanosynthèse. Sont ensuite ajoutés des éléments d'alliage de taille similaire à la poudre de base selon l'acier final désiré, le tout est compacté dans des presses hydrauliques puis fritté (le frittage est un traitement thermique juste en-dessous du point de fusion, à 1120°) pour que les particules s'agglomèrent, avant les étapes normales que sont la trempe et l'affûtage. L'avantage, les molécules sont plus dispersées dans la poudre et plus nombreuses, de fait on obtient des lames très fines. 
Attention sur Internet circulent des informations contradictoires, c'est ainsi que certains sites parlent de High Speed Steel et de HSPS High Speed Powder Steel ou encore d'acier R2. Ces appellations sont incorrectes. L'acier High speed est un acier industriel au tungstène avec lequel on coupe d'autres aciers notamment les lames de scies, High Speed signifiant donc qu'il coupe plus rapidement que d'autres. Chez Takamura il ne s'agit pas de cela, la bonne dénomination de cet acier est SPG2 qui nous vient de Super Gold 2, le nom commercial donné à cet acier japonais très spécial.  
Nous insistons sur le fait que nous sommes sur des produits purement artisanaux avec des contingents annuels limités. Vu la forte demande pour ses produits Takamura gère la pénurie dans le monde entier, il peut y en avoir aujourd'hui puis plus du tout pendant de longs mois. Pour trouver où les acheter tapez Takamura SPG2 dans Google où commandez-les chez un client Chroma France.

Rendez-vous sur Hellocoton !