vendredi 12 octobre 2018

L'arc, première arme du samouraï (et non le sabre)

L'origine des guerriers professionnels japonais remonte à la fin de l'époque Nara au VIIIème siècle avec l'abandon de la conscription qui touchait tous les hommes de 20 à 30 ans. Lors des tentatives pour mater les turbulents rebelles du nord de l'île de Honshu, le gouvernement central de la nouvelle capitale, Kyoto, se mit à recruter une armée de métier pour délester du service militaire les paysans sur lesquels reposait toute l'économie.
Les habitants du nord étaient de redoutables cavaliers, il fallait mettre en face des hommes habiles à tirer des flèches, sans tenir la bride du cheval en mouvement. La monarchie japonaise avait pris part au VIème siècle aux guerres dans la péninsule coréenne et nombre de Coréens alliés aux Japonais avaient émigré dans la région de Kanto à l'est de Edo (Tokyo) après la chute des colonies japonaises sur le continent asiatique. Les Coréens traditionnellement éleveurs de chevaux se muèrent en cavaliers-archers (les historiens pensent que ce savoir-faire leur venait des ancêtres Mongols). Ces troupes sont à l'origine des samouraïs, elles intégreront au fur et à mesure des conquêtes les formidables cavaliers du nord, les emishi, prisonniers de guerre ou volontaires. 

Au départ, l'arc est plus important que le sabre. Les premiers samouraïs étaient appelés "hommes de l'arc". Car le sabre est alors une arme uniquement défensive et courte. Il ne peut ni transpercer une armure, ni tuer (le premier sabre de champ ne sera introduit qu'au XIVème siècle lorsque les samouraïs se battront au sol et non plus en selle). 
Un arc pouvait atteindre 2,50 mètres mais au fil du temps diminua à 1,98 mètres pour plus de maniabilité. Au commencement des batailles les samouraïs tiraient des flèches sifflantes dont la tête était creusée, pour annoncer le début des hostilités. Les cordes en chanvre, pouvaient casser, de fait on portait toujours à la hanche gauche deux cordes de rechange. 
Les flèches atteignaient une portée théorique de 132 mètres, en trajectoire rectiligne. Cette distance fut matérialisée dans la longueur du couloir du temple Renge-o-in (Sanjusangendo) à Kyoto, où a lieu chaque année en janvier un festival où les participants doivent tirer des flèches sur une cible au bout du couloir. C'est le plus long édifice en bois du Japon.

Temple Sanjusangendo
Quand même, à cette distance les flèches ne sont guère efficaces. Pour viser les parties découvertes non protégées il fallait s'approcher à une quinzaine de mètres. 
Le saviez-vous ? 
Pourquoi les gardes étaient armés de grands arcs tout à fait inutiles dans un corps à corps ? Parce que pendant leur ronde ils faisaient sonner la corde de leur arc pour éloigner les mauvais esprits.
Pour compléter sur :  



Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 5 octobre 2018

La tromperie des couteaux garantis à vie

Que faut-il comprendre sous l'appellation garantie à vie ?

La garantie légale est de deux ans. Elle couvre les défauts de fabrication qui se révèlent dans les premiers mois d'utilisation. Certains fabricants l'élargissent, il s'agit alors d'une garantie commerciale.
Mais il y a confusion entre période de garantie et garantie de service, qui implique un contrat écrit. Appliquer des garanties à vie ne servirait qu'à entretenir le trouble. 

Regardons-y d'un peu plus près. 

Dans le marché des articles culinaires, on trouve parfois des garanties à vie. C'est le cas de la meule du moulin Peugeot. C'est un bon exemple. La solide meule en acier ne peut casser, bien protégée à l'intérieur. Il est évident que le corps du moulin cassera avant. On a ainsi connu au début des années 2000 la vague des moulins électriques. Ces articles ont une faiblesse, le moteur, dont la durée de vie est très inférieure. Dès lors l'argument mécanisme garanti à vie en rapport avec ce composant devient dérisoire.

Autre exemple, des cocottes en fonte du spécialiste en la matière, garanties 30 ans ce qui est déjà très long. Sur le site du fabricant sont mentionnées toutes les clauses suspensives :

Pendant le délai de garantie, les dommages suivants ne sont pas couverts :
  • Utilisation non conforme du produit
  • Usure normale du produit
  • Non-respect des indications d'entretien
  • Décoloration du produit suite au lavage dans un lave-vaisselle
  • Dommages sur le produit causés par des chocs ou des accidents
  • Stockage inadapté du produit
Evident. Dans le couteau on aurait en sus : l'oxydation, le fil ébréché, l'absence d'aiguisage, les matériaux naturels du manche, les torsions latérales au-delà du point de rupture, etc...

Conscients que cette accroche marketing fait vendre, des sociétés en sont même venues à carrément vendre une extension de garantie à vie pour des produits pour lesquels le risque est infinitésimal, en l'occurrence des bijoux en or. L'explication est plutôt laconique, la société ne s'engage pas beaucoup : 
https://www.nouvelamour.fr/fr/content/15-garantie
C'est quoi exactement une garantie à vie, une maintenance gratuite ? De quelle vie parle-t-on, de celle de l'acheteur du produit ou du produit en catalogue ? (oui, c'est de cette dernière qu'il s'agit, d'où l'ambiguïté). Et qu'arrivera-t-il si le fabricant disparaît, le revendeur endossera-t-il la responsabilité ? (non, il aura sans doute lui aussi disparu...).

Nous nous étions déjà exprimés en 2010 sur notre wiki Chroma France lors de la commercialisation d'un tranchant garanti à vie, ce qui nous avait fait bondir à l'époque car que ne faut-il prendre les consommateurs pour ce qu'ils ne sont pas pour affirmer une telle incongruité. Nous finissions sur cette envolée : "Il est même certain que les produits bas de gamme usurperont bientôt cette garantie à vie étant donné que la garantie s’éteindra avec la disparition du produit du catalogue". Bingo, c'est bien ce qui arrive : on trouve aujourd'hui sur des sites de VPC nombre de garanties à vie de fantomatiques revendeurs chinois qui disparaissent une fois leur stock vendu à vil prix réapparaissant sous un autre nom avec une autre marque créée de toute pièce le temps de son écoulement. Le revendeur ne sera jamais redevable de rien car la garantie s'auto-détruit. L'utilisation de cet artifice marketing semble même devenu contre-productif puisque ce sont paradoxalement les produits bas de gamme qui en usent sans mesure.   






Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 2 octobre 2018

Le couteau Porsche, meilleur tranchant du marché


Nous revenons sur le test façon Que choisir qui a eu lieu en Hollande début septembre car les réactions furent nombreuses dans le microcosme, ce test créant des vagues jusqu'au Japon.

Des leçons s'en dégagent.

1°) Tels couteaux qui dominaient dans les années quatre-vingt dix n'ont guère évolué depuis. Exemple parlant : couteau japonais Global qui cumule tous les aspects négatifs face au couteau Type 301 Design by F.A. Porsche, tranchant moyen, faible durabilité, sensible à l'oxydation, friable. Résultats et analyse sur notre site.

2°) Il y a du bon et du moins bon dans le couteau japonais, cas du couteau Kaï-Shun qui sous-performe à tous points de vue, tranchant inférieur, durabilité moindre malgré une trempe plus élevée. Leçon à en tirer : un produit ne dépend pas que de ses ingrédients premiers mais est la somme de la qualité des artisans qui interviennent à chaque process, dont l'affûtage bien évidemment.

Trois tests de ces dernières années confirment l'ascension du couteau Porsche.

Le premier en 2007, effectué par un confrère. A l'époque déjà le couteau Porsche, qui n'avait que 5 ans, égalait les couteaux allemands en tranchant immédiat, surpassant les concurrents en tranchant longue durée suite à 60 cycles d'aiguisage sur la pierre (il est important de préciser ce dernier aspect). Le second test, 2014, Suède, Test Fakta, marque déjà l'amélioration : https://www.chroma-france.com/de-nouveaux-tests-confirment-bien-fonde-de-type-301/. A présent, onze ans après les premiers tests indépendants, le couper-sport s'est hissé à la première place sur plusieurs aspects.
C'est la marque d'une constante attention à ses produits et d'une vision du design chère au fondateur de la marque. 119 € pour le meilleur tranchant du marché : Porsche, le design honnête et intemporel.

Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 24 septembre 2018

Sakana (poisson en japonais)




L'art du poisson est japonais. On s'en rend compte à chaque fois que le Japon parade au Bocuse d'Or avec ses plats d'une beauté inouïe. Et qui dit poisson au Japon, dit couteau. On trouve de nombreuses vidéos de cuisiniers ou sushiya sur le web qui ont toutes en commun que le poisson est d'abord estimé, respecté, de sa mise à mort, par immersion dans la glace ou façon iké-jimé (la mort sans souffrance), à sa consommation. Et le meilleur moyen de lui rendre hommage c'est de ne pas gâcher sa matière et de le tuer net d'un coup (l'iké-jimé consiste à sectionner le bulbe rachidien en introduisant un couteau par la branchie, les poissons ainsi tués tiennent plus longtemps au frais, avant la rigidité cadavérique). Ce qu'on voit aussi sur ces vidéos c'est le calme, presque la détente, des avant-bras du cuisinier qui se concentre sur sa découpe. Le couteau, au préalable bien aiguisé (pour du poisson les spécialistes conseillent un grain fin de #8000) ne nécessite aucune pression ; aucun muscle ne doit se contracter. 

Les Japonais se différencient des Occidentaux par l'utilisation d'une forme de lame différente, en feuille de saule, Yanagiba ou couteau sashimi, biseautés droitiers ou gauchers. Chez nous on emploie plutôt des couteaux flexibles mais les deux coexistent. La découpe avec le couteau biseauté est plus difficile si on n'en a pas l'habitude (il s'utilise en "tiré", jamais poussé, à 45° de la planche au lieu des 90° du tranchant ambidextre), mais le fil plus étroit est plus pénétrant.


Une sélection de nos meilleurs Yanagiba rigides :

- H07 Haiku 21cm 119,00 €, un couteau qui a fait ses preuves, de grands concours culinaires ont été remportés avec

- P38 Type 301 Design F.A. Porsche 24,5 cm 129,00 €

- la série des Masahiro M20 à M23, 20 à 27cm, (M23 pour gauchers) ou Kasumi 21, 24, 27cm


Quant aux 3 meilleurs couteaux flexibles nous avons dans l'ordre de leur longueur


- M16 filet de sole flexible 16cm Masahiro MBS26 199,00 € 

- V10 filet suédois 18cm Kasumi VG10-Pro 179,00 € dos "trailing point", à la nordique

- S07 filet de sole 19cm Porsche Turbo 125,00 €

Ils sont tous les trois excellents, c'est sur la longueur de la lame et la préhension qu'ils diffèrent. On peut combiner les plaisirs comme ci-dessous, V10 et S07 au restaurant Le Kasbür, 67- Monswiller 






Rendez-vous sur Hellocoton !