samedi 7 novembre 2009

Le dernier samouraï, un Français ?

C'est un fait méconnu. Comme Nathan Algren, le héros du film porté sur les écrans et incarné par Tom Cruise, Jules Brunet était un capitaine engagé pour moderniser l'armée du Japon au moment de la restauration Meiji. Quasi inconnu en France, ce fut un personnage hors du commun. Nommé capitaine à 30 ans, polytechnicien, magnifique soldat et de plus aquarelliste talentueux, il fit partie de la première mission militaire de la France au Japon qui soutint le shogun Tokugawa au contraire des Anglais et Américains qui prirent le parti de l'empereur, mission qui formera 7 régiments d'infanterie, 4 d'artillerie et 1 de cavalerie, 10.000 hommes. Quand, vaincu, le shogun restitue le pouvoir à l'empereur, la mission française n'a plus de raison d'être, mais Brunet déserte pour accompagner les "bakugun", les derniers samouraïs fidèles au shogun. Il se replie sur l'île d'Ezo avec l'amiral de la flotte Takeaki Enomoto et une poignée de Français. Là il sera élu président d'une "République indépendante d'Ezo" qui durera six mois et sera même reconnue par des puissances étrangères. Mais la résistance des samouraïs s'effondre au printemps 1869. Brunet avait déjà pris la fuite sur un bateau français. Il rentre en France après de nombreuses péripéties, les Japonais réclamant son arrestation. Condamné par la cour martiale, il doit quitter l'armée mais, réhabilité, il reprend du service en 1870 et est fait prisonnier par les Prussiens à Metz. Libéré, il participe aux combats de la Commune et finira général de division.

Rendez-vous sur Hellocoton !