mercredi 30 juin 2010

Hakata Gion Yamakasa - A Fukuoka - du 1er au 15 Juillet

Attirant chaque année près d'un million visiteurs, ce festival vieux de plus de 700 ans ayant pour thème les "chars" est réputé pour être amusant et spectaculaire à voir, en particulier le dernier jour. Si spectacle il y a, c'est parce qu'il ne s'agit pas d'un simple défilé de chars mais plutôt d'une course, menée à toute allure dans les rues de la ville par ses habitants masculins
Dès le premier jour des chars décorés de guerriers ou de personnages de manga fabriqués par des maitres marionnettistes de Hakata sont exposés dans les coins de chaque rue de la ville. Ces chars sont appelés Kazariyama.
A partir du 10, les chars pour la course commencent à faire leur apparition dans la rue lors des scéances de préparation et d'entrainement des équipes qui vont les porter sur leurs épaules. Ces chars appelées les Kakiyama, sont très imposants et pèsent plus d'une tonne ! 
Le 15, l'effervescence dans la ville est à son sommet, la course peut débuter. Très tôt, à 4h59, le premier char s'élance à tombeau ouvert sur 5 kilomètres, qui seront avalés en environ 1/2h par chaque équipe ; puis les 6 autres suivent toutes les 5 minutes. Le but premier pour les participants étant de montrer leur force et leur courage. Chaque équipe est composée de personnes vivant le même quartier de la ville, vêtues aux couleurs de celui-ci, menant ainsi une petite compétition avec les quartiers voisins. A noter que la difficulté de l'épreuve est encore accentuée par les femmes qui depuis le bord de la route arrosent les participants. Une demi-heure plus tard, tout le monde est arrivé. Les participants fêtent dans leur quartier leur participation, la foule va se restaurer dans les petites boutiques montées pour l'occasion et à 7h, le festival se termine... La vie de tous les jours peut ainsi reprendre son court à Fukuoka.

Image : Wikipedia

Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 21 juin 2010

Au tour des baleines

Après le thon, on rediscute à présent les quotas de pêche des baleines, à Agadir au Maroc. Trois pays sont concernés par cette chasse : la Norvège, l'Islande et le Japon (2/3 des baleines pêchées l'an dernier) en plus d'une petite économie de subsistance en Alaska, au Groenland et en Sibérie. Depuis 1986 un moratoire est en vigueur qui protège les différentes espèces mais le Japon fait pression pour le lever au-moins partiellement. C'est le seul pays où il y a un marché, principalement dans les régions du nord et de l'ouest du pays, du sushi au burger en passant par le bacon ou les brochettes de baleine, pratiquement rien n'est jeté. Le Japon a sa liste des restaurants servant ces mets et contrairement aux sushis de thon rouge, cette spécialité marginale n'est localisée  que sur l'archipel nippon. L'opinion publique japonaise en majorité soutient la chasse mais il est intéressant de constater que les jeunes générations et en particulier les femmes de moins de 30 ans, se détournent de cette consommation en raison de la cruauté des captures régulièrement portées à leur connaissance par Greenpeace et autres ONG. Voyons si pour une fois les instances internationales arriveront à se mettre d'accord.

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 17 juin 2010

Festivals autour du Riz

Le riz est l'aliment de base numéro un au Japon, il est donc compréhensible que sa culture soit ritualisée et que de nombreux matsuri lui soient consacrés. Le mois de juin étant la période de plantation, de très nombreux festivals d'origine shinto ont donc lieu à cette occasion afin de s'assurer une récolte abondante. Entre autres festivals, on remarque particulièrement :

Otaue Shinji - 14 juin de chaque année à Osaka
Tous les ans des centaines de personnes se rendent au sanctuaire Sumiyoshi pour y célébrer la plantation annuelle du riz. L'animation principale de se matsuri est la plantation du riz par des femmes, habillées en costumes traditionnels, aux sons et rythmes de musiques, chants et danses non pas moins traditionnels.  C'est également l'occasion de voir des petites parades de costumes traditionnels (kimono, armures de samurai...) et de s'imprégner de la culture traditionnelle shinto du Japon.

Chagu-Chagu Umakko - mi-juin à Morioka
Tous les ans a également lieu ce festival qui célèbre la fin de la saison de plantation du Riz, toujours dans le but de s'assurer la protection divine pour une récolte abondante. Ici il est question d'un périple de 15 kilomètres pour une centaine de chevaux à travers Morioka, en reliant les temples de Sozen à Hachiman. Les chevaux portent des étoffes bariolées ainsi que des cloches qui tintent à chacun de leurs pas, d'où le nom du festival : umakko signifiant cheval et chagu-chagu étant l'onomatopée japonaise du son de cloche. Lors de ce festival on a également droit à un Yabusame qui est un concours d'archerie à cheval.

Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 14 juin 2010

Le Japon et la coupe du monde FIFA

Au Japon, les sports les plus appréciés sont le Sumo, judo et autres sports d'arts martiaux qui sont les sports traditionnels, le base-ball qui a été introduit par les américains et plus récemment le football, sport émergeant dans le pays ces dernières années. Il faut dire que depuis la première participation du pays pour la phase finale de la coupe du monde FIFA en 1998, ils n'en ont plus manqué une seule. Bien que manquant encore de qualité pour rivaliser avec les plus grandes équipes internationales, la sélection japonaise à tout de même réussi à s'illustrer tout particulièrement à domicile en 2002 en atteignant les huitièmes de finale. L'engouement des Japonais pour ce sport a à ce moment là emporté tout le pays.
Cette année l'équipe japonaise s'est qualifiée très facilement pour la phase finale en Afrique du Sud, mais à déçu ensuite lors de ses matchs de préparation puisqu'elle n'en a pas remporté un seul. Pleine de doutes suite à ces contre-performances, l'équipe saura-t-elle faire face à leurs adversaires de poule : le Cameroun, le Danemark et les Pays-Bas ? Début de réponse cet après-midi à 16 heures, heure de Paris avec le match opposant les Samurai Bleus aux Lions Indomptables (Japon-Cameroun)

Retrouvez encore plus d'infos, photos et résultats sur l'équipe de foot du Japon sur le site de la FIFA

Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 7 juin 2010

J-Musique : Le Shamisen - Yoshida Brothers

Le Shamisen est un instrument de musique japonaise traditionnelle de la même famille que le luth. Il est composé d'un caisson en bois sur lequel est fixée une peau ainsi que d'un long manche parcouru par trois cordes. Pour jouer du Shamisen il faut utiliser un plectre particulier. Véritablement implanté au Japon à partir du XVIème siècle il sert à accompagner les chants et les répliques du théâtre kabuki. C'est également l'instrument employé par les geisha lors de leurs prestations (nous reviendrons sur ces dernières prochainement). Il a été inventé dans la ville de Sakaï dont sont originaires certaines de nos séries de couteaux.
Aujourd'hui la musique traditionnelle, bien que présente, a perdu l'intérêt du jeune public à la faveur des styles plus modernes (Voir l'article sur le J-Rock). Cependant certains arrivent à se démarquer du lot en proposant une musique composée avec en premier plan des shamisen sur fond de musique moderne (Percutions, Guitare électrique, synthétiseur...). Le groupe japonais Yoshida Brothers, composé comme son nom l'indique de deux frères, produit cette musique à la fois rythmée et atypique qui est ma foi très agréable à écouter. Le son de l'instrument principal ressort particulièrement bien et ne ressemble à rien de connu en Europe. Un autre groupe que apprécie beaucoup est Américain : God of Shamisen.

Je vous invite à visionner ces quelques vidéos pour vous rendre compte de ce qu'est le son du shamisen, associé à d'autres instruments plus modernes :

Yoshida Brothers, Rising :


Kevin Kmetz leader de God of Shamisen - Mozart au Shamisen :

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 3 juin 2010

Couteaux japonais : formes de lames

"Point de bonne cuisine sans bon couteau" dit-on au Japon, mais quelles formes de lames préconisez-vous nous demande-t-on souvent en retour en France ? Il faut discerner les authentiques (wa hocho) des couteaux modernes "western style" (yo hocho).
Les authentiques : Santoku (sorte de couteau Chef à lame courte, 17 à 18 cm, mais plus haute) ou Nagiri (bout carré) pour légumes et Sashimis ou Yanagibas (c'est la même chose) longs et effilés à un seul tranchant pour droitiers ou gauchers, à spécifier. Ces couteaux ont un dos concave qui crée un vide d'air, particulièrement efficace quand on coupe des produits amidonnés comme le riz qui collent aux lames. Variantes : l'Usuba, un Nagiri à un seul tranchant et le Takoshi, un Sashimi sans pointe.
Il n'y a pas de tout-terrain chez les Japonais hormis peut-être le Deba, couteau lourd servant à couper les têtes et nageoires des poissons, puis à les écailler. Vous trouverez plus d'explications ici :

Ensuite viennent les hybrides, couteaux à montage traditionnel mais émouture occidentale comme la gamme Haiku en partie et les tous modernes Gyuto (couteaux Chefs de 20 cm) qui existent dans toutes les variantes. Pour plus d'information visitez les FAQ de Chroma France :
La longueur de lame est un choix personnel, mais il y a quand même une grande différence entre un Santoku à lame courte et un couteau Chef. Chez les Santokus et Nagiris le talon est posé en premier sur la planche au contraire des couteaux Chef où c'est la pointe. Un détail qui a toute son importance, ces derniers génèrent des ondes de vibration si on les utilise pour émincer des légumes qui peuvent s'avérer à la longue responsables de troubles musculo-squelettiques. Evitez aussi les sashimis trop longs si vous n'en avez pas l'habitude, là c'est le haut de l'épaule qui va encaisser le choc. Enfin, mais c'est un avis personnel, en Occident on utilise beaucoup trop souvent le couteau office alors qu'on ferait mieux d'employer des universels de 12-15 cm ou carrément des Santokus. A proscrire dans tous les cas : les couteaux à talons, mais les Japonais n'en fabriquent pas, les leurs sont toujours aiguisés jusqu'au bout.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Masahiro, la beauté à l'état pur

Il suffit aujourd'hui de feuilleter un catalogue de décoration pour constater que l'esthétique japonaise y est omniprésente, à travers des objets sans artifices, pensés par rapport à leur fonction et réduits à leur forme la plus simple. C'est le cas du couteau Masahiro MBS26 dont nous avons déjà parlé, un extra-terrestre parmi les couteaux japonais. Régulièrement encensé lors des tests comparatifs, c'est le produit zen par excellence, sans fioritures, une beauté simple dont les formes très étudiées nous saisissent et nous laissent cois comme un magnifique coucher de soleil. Son secret réside dans une approche originale en quatre points
- la sélection d'un acier dont très peu de quantités sont produites chaque année,
- un traitement cryogénique avec des trempes et des refroidissements successifs,
- un côté droit légèrement asymétrique, biseauté pour faciliter la séparation des fibres, mais pas trop, technique qui nous vient des outils à bois (voir ci-dessous back bevel),
- des manches en matériau composite anti-bactérien (test : diriger une lampe UV sur le manche, celui-ci  véhicule bien moins de bactéries qu'un manche traditionnel). Distribution : Chroma France. La contemplation est belle et l'expérience de découpe incomparable.


Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 1 juin 2010

Cowboy Bebop

Plus connu en tant qu'animé que manga, Cowboy Bebop appartient au type "Seinen". Ce style est destiné à un public plus adulte que le "Shonen" (voir Naruto, One piece par exemple). La série composée de 26 épisodes captivants nous transporte en 2071, dans le vaisseau de deux chasseurs de primes toujours fauchés, Spike et Jet.

Aux alentours des années 2020, l'Homme a réussi à créer des portails lui permettant de voyager très rapidement d'une planète du système solaire à une autre. La technologie étant encore mal maitrisée à cette époque, elle causa un incident majeur lorsqu'un des portail à proximité de la lune terrestre explosa. La déflagration violente brisa en morceaux une partie de la lune, qui retombe depuis à la surface de la Terre sous forme de météores, rendant la surface de la planète inhabitable et causant la mort de beaucoup de personnes. La technologie permettant de rendre habitable les autres planètes du système solaire étant à la portée des humains, une grande partie des survivants se mit alors a coloniser Mars, Vénus et des lunes de Jupiter et Saturne (les autres décidant de vivre sous la surface de la Terre). A l'instar de la conquête de l'ouest américain, celle de l'espace mit hors de portée des forces de police les criminels. Le système de primes de récompense pour leur arrestation fût remis au goût du jour, et donc par la même le métier de chasseur de primes.
L'équipage du vaisseau "Bebop", au départ composé de deux membres s'agrandira très vite pour se composer de Spike, un ancien membre d'une organisation criminelle ; Jet, un ancien flic ; Faye, une joueuse invétérée, Ed, une pirate informatique et de Ein, un chien "intelligent". Si la plupart des épisodes sont l'occasion pour notre équipage de chasser une nouvelle prime, ils permettent aussi de développer leur histoire personnelle. L'intrigue en trame de fond est très prenante, et chaque épisode rythmé par une musique Jazzy allie à la perfection action, humour et drame.

Rendez-vous sur Hellocoton !