lundi 30 août 2010

Petites vacances du Blog

Après un peu plus d'un an d'existence le blog va prendre quelques semaines de vacances au Pays du Soleil Levant. L'occasion de se ressourcer et de trouver l'inspiration pour une nouvelle année d'articles riches en photos prises sur place. A très vite donc pour de nouveaux billets à notre retour du Japon (vers le mois d'octobre).

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 25 août 2010

Couteaux japonais et design

Le design est une donnée relativement nouvelle au Japon. Jusqu'aux années 1980 leur design était anonyme à la façon des couteaux Haiku Chroma, fabriqués d'après des canons esthétiques très anciens. Et ce dans de nombreux domaines. Les produits design ne naissaient que dans les design center des grandes entreprises du secteur automobile et conformément à la structure de la société nippone, chacun devait mettre ses compétences au service de l'entreprise, donc l'individu ne pouvait se démarquer. Il n'était pas concevable non plus qu'un apport extérieur vienne troubler ce travail d'équipe. Le dénommé Komin Yamada fut le premier designer extérieur à  collaborer avec une coutellerie en 1985, une révolution au pays du soleil levant. En dehors du couteau se feront remarquer dans les années 1960 Isamu Noguchi, (1904-1988), un sculpteur paysagiste nippo-américain et Shiro Kuramata (1934-1991), sans doute le premier designer japonais dans le vrai sens du terme. A partir des années 1980 quelques designers perceront doucement mais cela commence tout juste à entrer dans les moeurs. Début des années 2000 la société Chroma en collaboration avec le studio de design allemand F.A. Porsche réussit à donner un nouvel élan au couteau japonais avec le couteau Type 301, conciliant les impératifs ergonomiques et techniques modernes avec les racines de la culture coutelière extrême-orientale. Depuis lors particuliers et professionnels ne cessent de donner une réalité commerciale à cet extra-terrestre de la coutellerie asiatique qui n'a pas pris une ride en 10 ans.

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 20 août 2010

Les couteaux japonais et l'éthique de la perfection

Pour compléter l'article Nigenkokuho, rajoutons qu'au Japon la perfection relève autant de la qualité de l'objet que du parcours ayant mené à sa réalisation. Dans un environnement naturel marqué par l'instabilité (séismes, typhons) qui a fortement imprégné leur inconscient collectif, la continuité avec le passé repose sur les techniques et les matériaux employés. La certification Uchi Hamono est dans le droit fil de ce phénomène qui leur fait reconstruire le sanctuaire d'Ise tous les 1/4 de siècle depuis 690 après Jésus-Christ au moyen des mêmes matériaux et techniques qu'à l'origine. Aucun savoir-faire ne doit se perdre au pays du soleil levant.
Pour un produit d'héritage comme les couteaux, le respect des critères de fabrication permet aux matériaux de s'imprégner de la nature humaine de l'artisan et artiste (il n'existe pas de distinction rigide entre l'art et l'artisanat au Japon). Dans le passé le sabre de samouraï travaillé à façon avait pour but d'en faire l'esprit même de la dignité et du courage de celui qui l'emploie. Aujourd'hui encore on dit qu'un couteau japonais est un morceau d'âme de son utilisateur qui y met sa grâce et dextérité. Les techniques de forge d'aujourd'hui entrent toujours dans cette logique, une quasi religiosité influence de l'éthique taoïste sur la perfection technique. Sans compter le potentiel émotionnel et parfois même poétique dont les fabricants locaux imprègnent à leurs produits.

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 18 août 2010

Daimonji Gozan Okuribi - Kyoto - 16 août

Situé directement après la fin de l'O-bon*, le Daimonji Gozan Okuribi festival est l'un des matsuri les plus connu et apprécié de Kyoto et même du Japon. De gigantesques Kanji** et autres motifs dessinés par des torches enflammées apparaissent à la tombée du jour sur chacune des montagnes entourant Kyoto.
Les esprits conviés dans le monde des vivants lors de l'O-bon sont priés de repartir dans celui des morts par les portails qu'ouvrent les inscriptions de feu. 

Chacune des formes a une signification et une position particulière, qui restent les mêmes chaque année : dai ("grand"), myo et ho (qui forment "merveilleux dharma", référence à l'enseignement de bouddha), et les formes d'un bateau et d'un torii (sorte de portail de temple). Le premier Kanji, "dai", mesure 80 mètres de haut et les deux suivants 180m et 160m de large !

* Fête honorant l'esprit des ancêtres que nous avons déjà évoqué dans l'article Awa Odori
** Caractères Chinois repris dans l'écriture japonaise

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 11 août 2010

Awa Odori - Tokushima - du 12 au 15 août

Awa Odori signifie "danse d'Awa", et désigne les danses originaires de la région d'Awa destinées à accueillir le retour annuel de l'esprit des ancêtres parmi les vivants. Le Awa Odori matsuri semble avoir également lieu en d'autres lieux et dates que celui de Tokushima mais celui-ci reste sans doute le plus intéressant. Il donne l'occasion d'assister aux représentations de danses traditionnelles japonaises probablement les plus variées et comptant le plus de danseurs de tout le pays. Au total, plus de 100 000 personnes en habits traditionnels et réparties en 900 groupes dansent dans la rue aux sons des shamisens, flûtes et autres tambours. On distingue deux grands styles différents entre les hommes, dont les mouvements sont dynamiques et pleins d'énergie, et les femmes plus dans la grâce et l'élégance. Il est à noter que le festival tombe pendant O-Bon (13 au 15 août dans le Kansai), qui est une fête religieuse bouddhiste qui honore l'esprit des ancêtres.

Une petite vidéo d'extraits :


Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 3 août 2010

Okinawa

Présentation générale
Okinawa est à la fois le nom de l'île d'Okinawa (Okinawa shima), mais aussi celui de la 47ème préfecture japonaise qui l'englobe, Okinawa-Ken. La préfecture d'Okinawa-Ken comprend en plus de l'île principale d'Okinawa, l'ensemble des îles de l'archipel Ryukyu. S'étalant sur 1000 kilomètres de large par 400 de haut et positionné entre Taiwan et les grandes îles principales du Japon, l'archipel Ryukyu se compose de 161 îles dont seulement 44 sont habitées. Les Kanji formant Okinawa (沖縄) signifient littéralement "corde du large".

Climat et nature
Situé sur la même latitude que les destinations touristiques bien connues pour leurs plages et lagons (Hawaï, les Bahamas...), l'île d'Okinawa bénéficie d'un climat subtropical dont les températures moyennes hivernales sont de 16°C. La végétation y est luxuriante toute l'année grâce à des températures chaudes constantes et des averses fréquentes. Comme pour le reste du Japon, la saison des Typhons a lieu à la fin de l'été.
La nature végétale et animale y est très variée et respectée. On y trouve des espèces rares comme le Noguchigera (Pivert d'Okinawa), le Yambaru Kuina (Râle d'Okinawa) ou encore le chat sauvage d'Iriomote, que l'on ne trouve que sur l'île d'Iriomote, au sud d'Okinawa. Dans la mer, d'autres trésors sont visibles tels que les poissons tropicaux et récifs de coraux.

Histoire et culture
Les premières traces d'habitations humaines sur les îles du nord de l'archipel de Ryukyu remontent à 4000 ans. Il semble apparent que les premiers à avoir colonisé ces îles venaient de Kyushu (une des îles principales du Japon).
Au XIème siècle, les châteaux commencèrent à apparaître sur l'île d'Okinawa, résultante des rivalités naissantes entre les différents petits souverains émergents. A la fin du XIIème siècle, l'un de ces petits souverains mit en place la première dynastie de l'île, la dynastie Shunt. Les dynasties vont alors se succéder sur l'île, jusqu'en 1879 où la préfecture d'Okinawa fût mise en place et dirigée par des gouverneurs venus de Tokyo. A la fin de la seconde guerre mondiale, l'île a été dirigée par l'armée américaine pendant 27 ans. Si aujourd'hui le Japon a retrouvé officiellement sa souveraineté sur l'île, l'armée américaine en occupe encore cependant près de 20 % du territoire. 
Okinawa bénéficie d'une riche culture et d'un patrimoine impressionnant. Châteaux, vestiges de la seconde guerre mondiale, dialecte propre à l'archipel... Les îles Kyuryu ont vu leurs relations s'accroitre avec la Chine dès 1372, ce qui a assuré aux îles une prospérité culturelle et politique. Mais ce qui est probablement le plus connu de cette île, c'est son espérance de vie en bonne santé incroyablement haute, qui bat tous les records. Cadre de vie mais aussi alimentation particulièrement saine sont les ingrédients de cette recette de jouvence. 

Bien que la popularité de l'île s'accroisse à travers le monde (grâce à des films comme Kill Bill ou des mangas comme Blood+ par exemple), elle reste encore relativement peu touristique par rapport à d'autres îles tropicales. A coup sûr un endroit à voir et où se reposer.


Rendez-vous sur Hellocoton !