jeudi 24 mars 2011

Le Kyūdō (弓道) - La voie de l'arc

kyudoka - ©
Issu de l'archerie de guerre japonaise, le Kyūdō moderne est pratiqué en tant que développement physique et spirituel. Une certaine philosophie découle de la pratique de cet art martial. Il ne s'agit pas ici de simplement placer une flèche au centre d'une cible, mais également de pratiquer des tirs "purs et bien pensés", où l'attitude, le mouvement et la technique s'unissent dans un état de parfaite harmonie. Comme dans beaucoup d'autres arts martiaux japonais, le respect de l'autre et la courtoisie sont des éléments essentiels à la pratique du Kyūdō. Dans le manuel d'art martial L'Héritage des guerriers, Yagyû Munenori (1571-1646) assène : "quand on tire à l'arc, si on pense que l'on tire à l'arc, la cible bouge et ne se stabilise pas". 
En tant qu'art martial à part entière, le Kyūdō se pratique lui aussi dans un Dōjō. L'archer se trouve généralement à couvert du bâtiment et la cible à l'extérieur.
Les arcs utilisés pour pratiquer le Kyūdō sont très grands, les plus petits modèles atteignant déjà 2 mètres. La longueur de l'arc varie selon la taille de l'archer qui l'utilisera. L'autre particularité de cet arc est son asymétrie. La poignée ne se trouve pas au milieu de la longueur mais dans le premiers tiers du bas. L'arc étant plus grand que la moyenne, les flèches le sont également : la corde tendue à son maximum, sa course se fini derrière l'oreille.
Toujours considéré comme l'un des plus nobles arts martiaux du pays, ce sport est encore aujourd'hui très pratiqué au Japon malgré ses règles extrêmement rigoureuses.

Kyudo en dojo - ©

Rendez-vous sur Hellocoton !