vendredi 15 avril 2011

Maiko - 舞妓

Maiko est le nom donné à Kyoto aux apprenties Geiko (nom Kyotoïte pour Geisha). Si le mot provient de Kyoto, c'est que c'est en quelque sorte le berceau de cette profession ; artistique, ne vous y trompez pas.
Maiko et Geiko prirent leurs origines il y a environ 400 ans, lorsque les femmes qui travaillaient dans les maisons de repos de Chaya servaient des boissons aux visiteurs du temple Yasaka de Gion. Petit à petit, elles se mirent à danser et à jouer de la musique, pour finalement donner naissance à une nouvelle profession à part entière.

Âgées habituellement de 15 à 20 ans, les Maiko sont une trentaine à travailler aujourd'hui à Gion, le quartier historique de la vie nocturne à Kyoto. Leur apparence tant point de vue vestimentaire que du maquillage et de la coiffure ressemble fortement à celle des femmes de l'époque Edo. Comme dans tout ce qui fait le Japon, les vêtements et accessoires doivent respecter de nombreuses règles imposées par un code. Les broches à cheveux florales de saison (kanzashi ) doivent changer tous les mois, le kimono doit suivre la saison. Par exemple, les motifs brodés représentent des fleurs de cerisier au printemps, feux d'artifices en été, etc.. Suivre le code vestimentaire de rigueur fait partie intégrante du métier de Maiko et il serait de mauvais goût d'y déroger.
Tout est pensé dans l'apparence d'une Maiko pour mettre en valeur sa jeunesse, voire même pour la faire sur-valoir. Leur ceinture, appelée obi, n'est pas nouée à l'arrière mais reste pendante et leurs sandales surélevées de 10cm confèrent une démarche en apparence maladroite et enfantine.
Le maquillage aussi comporte ses règles, inchangées depuis des siècles. Trois couleurs seulement sont utilisées : blanc, rouge et noir. La base blanche rappelle l'adoration ancestrale des Japonais pour les peaux très claires, le rouge ajoute du caractère et du charme féminin tandis que le noir dessine/souligne les traits du visage. 

Obi non noué des Maiko
Sous leurs airs détendus et calmes, les Maiko suivent en réalité un entrainement très rigoureux. Elles suivent des leçons visant à leur apprendre à danser, à jouer des instruments de musique tels que le shamisen, dans le but de proposer du divertissement respectant encore une fois l'étiquette qu'est la leur dans les soirées. Outre ces compétences, elles doivent également être compétentes pour servir les boissons, jouer à des jeux et bien entendu faire la conversation. Il est très important de maîtriser tous les terrains de discussions.

Vous pouvez lire le Roman "Mémoire d'une Geisha" d'Arthur Golden, ou son adaptation filmographique, pour vous donner un aperçu de l'univers des Maiko et Geiko. Je recommande plutôt le film qui, bien qu'ayant une trame scénaristique moyenne, est très esthétique. Vous pourrez ainsi sans peine contempler les décors reconstituant le Kyoto d'avant guerre, les kimonos, ainsi que d'entendre un peu de shamisen, que l'on peut avoir du mal à se représenter dans le livre, principalement si l'on n'est pas spécialement versé dans la culture nippone.

Remerciements à Ayako pour les informations et pour les photos. 

Rendez-vous sur Hellocoton !