jeudi 26 juillet 2012

Préfecture de Gifu, le Japon rural

Okuhida Onsen, Takayama - © att.japan
De tous temps et en tous lieux, les clichés ont toujours eu la vie dure. Si aujourd’hui le Japon (lorsqu'il n'est pas confondu avec la Chine) véhicule toujours ses vieux stéréotypes du touriste paparazzi et du mangeur de poisson cru, force est de constater que progressivement d'autres images commencent à lui coller à la peau. Le succès grandissant des manga en France* a apporté avec lui l'ensemble de la culture pop japonaise, réduisant aux yeux de beaucoup de jeunes, le pays du soleil levant à sa capitale Tokyo, à ses cosplayeurs**, à ses groupes de Visual-kei*** ou à tout ce qui pourrait transpirer de plus stéréotypé des dramas**** qui y sont produits. Ne lisez pas ici une aversion primaire pour la culture pop japonaise, dont j'apprécie certains pans, mais bien un simple constat.
Parce qu'il est dommage de réduire la culture, le panorama, le style de vie, les arts et traditions d'un pays entier à ses seules modes et ainsi de passer à côté de ce qui fait du Japon ce qu'il est depuis fort longtemps, je vous propose de nous rendre dans la préfecture de Gifu, qui abrite de nombreux lieux dignes d’intérêt, hors des grandes villes. Il existe naturellement d'autres préfectures rurales pleines de charme ; le choix de Gifu n'est pas innocent car c'est ici que sont fabriquées la majorité de nos séries de couteaux =)
Sirakawa-go - © yokoso-japan
Gifu est une préfecture centrale de l'île de Honshu (île principale du Japon), située dans un environnement montagneux la rendant difficile d'accès par la route. Cet isolement a donné à cette région la chance de conserver en partie son caractère traditionnel et rural, pour le plus grand plaisir des yeux et des papilles. Les paysages verdoyants abritent encore des villages typiques du Japon ancien, à l'image de Shirakawa-go, classé au patrimoine mondial de l'humanité. Les traditions de la pêche au cormoran sur la rivière Ukai, de la fabrication de couteaux à Seki ou de la fabrication de céramiques à Mino ont été conservées dans leur cadre original en parallèle des fabriques modernes. La région montagneuse offre une variété de paysages impressionnante, décuplée par le nombre de saisons. Profiter d'un onsen en extérieur dans les montagnes enneigées des Alpes japonaises finira de marquer le contraste saisissant avec le Japon urbain et de dévoiler les charmes d'un Japon méconnu. 
Culinairement on notera entre autres l'excellent saké qui est produit à Gifu ainsi que le boeuf de Hida, peu réputé chez nous mais au moins aussi apprécié que le boeuf de Kobe par les Japonais. Comme partout ailleurs sur l'archipel de nombreux lieux historiques et culturels existent pour les moins adeptes de marche en des lieux reculés. Les matsuri sont eux aussi de la partie, les plus remarquables sont celui de Takayama ainsi que celui de Seki, dédié aux fines-lames. Enfin, pour les plus aventuriers, il est possible de randonner sur la Nakasendo, la route qui relie Tokyo à Kyoto depuis l'époque Edo et de traverser (entre-autres) Magome-juku, village lui aussi de l'époque Edo entièrement restauré. Le meilleur moyen de vivre le Japon du 17 au 19ème siècle de l'intérieur tout en profitant de paysages à couper le souffle.

Route Nakasendo au printemps - © Nakasendoway.com


Démonstration de forge au Seki no Hamono mastsuri

* La France est le deuxième pays au monde à consommer le plus de manga, après le Japon
** ou costume-player : jouer à se déguiser comme ses personnages de manga ou jeu vidéo préférés.
*** Ou Visual Rock, musique rock associée à une attention particulière aux costumes, maquillage et mise en scène lors de la prestation sur scène
**** Sitcoms japonais

Rendez-vous sur Hellocoton !