vendredi 7 décembre 2012

Droit de réponse

Voici ce que nous écrit Didier, un des revendeurs des imitations du Kasumi Titanium que nous publions puisqu'il s'agit d'un commentaire qu'il nous a demandé d'accepter au sujet d'un article de ce blog du 17 juillet dernier : "Je suis le gérant de la société qui vend ces couteaux à 20 €. Mon prix barré n'est pas de 199 € ! De plus pour vous, une voiture Renault ou Mercedes est une copie de l'inventeur de la voiture, idem pour tous ce qui nous entoure ! Les monopoles c'était il y a un siècle ! Une copie est une contrefaçon, jamais je n'ai vendu ces couteaux pour des Kasumi (marque que je connaissais pas il y a 5 mn). Les avez vous testé au moins ? A tout lecteur, je rembourse personnellement les couteaux pendant un an  pour celui qui n'en est pas à 100% satisfait. Je m'y engage car je les utilise quotidiennement".
Certes l'article s'adressait à la première copie détectée, vendue à - 85 % (29,90 € au lieu de 199). On trouve aussi des offres à 39,90 au lieu de 99 €, et puis celle de Didier à 20 au lieu de 89 €. Au-delà du fait qu'il s'agit bel et bien d'une copie inspirée par un modèle déposé (dépôt officiel ci-joint à gauche) il n'est pas dans notre vouloir d'intenter un procès d'intention à qui que ce soit, cette histoire devant se régler entre fabricants. Ce que nous déplorons dans ces accroches commerciales c'est d'une part que la plupart mentent sur l'origine du produit (celui de Didier justement, appellation "Swisshome Zline", porte une croix suisse sur la lame, demandez voir aux autorités suisses ce qu'ils pensent de cela) et font des prix fictifs complètement décalés de la réalité. Nous citerons à ce sujet un article que vous pouvez retrouver sur le site www.echos-judiciaires.com au sujet des promotions sur Internet : "Les e-commerçants font preuve d'imagination en matière d'infractions souligne le Crédoc, centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie, auprès duquel la l'Etat a commandité une étude : l'essentiel des abus concerne l'affichage d'une baisse monumentale des prix, avec le prix de référence qui ne correspond pas à la réalité". A ce sujet le renforcement du pouvoir de répression de la Répression des fraudes est dans les tuyaux. Nous laissons le consommateur seul juge. Mais qu'on compare des pommes avec des pommes et des poires avec des poires.



Rendez-vous sur Hellocoton !