vendredi 28 septembre 2012

Un produit de crise

Bento version moderne - © Chroma France
Du nouveau chez Chroma France. Le spécialiste du couteau japonais se lance dans la distribution d'un produit complémentaire, les bentos qu'il avait déjà traité en 2008 mais le marché n'était pas encore mûr. Il est vrai que ce second produit emblématique du Japon trouve sa place dans le réseau de revendeurs Chroma à l'heure où la France subit de plein fouet la crise de la dette. Au Japon ce produit d'abord cantonné dans le scolaire, s'est élargi aux adultes sous le poids d'une récession qui y dure depuis maintenant 20 ans. Comme le citait le journal Les Echos récemment : "pour compenser la baisse des revenus dans les entreprises de l'archipel les salariés nippons ont dû réduire leurs dépenses de vie quotidienne". Il est vrai que chez eux le phénomène n'est pas nouveau, depuis 1990 leur budget mensuel a été divisé par deux. Une étude de la Shinsei Bank fait état d'une baisse significative de l'argent consacré aux déjeuners d'entreprise des salarymen en l'espace de 20 ans. Aux repas de midis ceux-ci se nourrissent de plus en plus de bentos pour 5 € le repas d'autant plus qu'ils n'ont plus le temps de manger à midi (une vingtaine de minutes en moyenne) avant de dîner mieux en soirée.

Bento aux motifs japonais traditionnels - © Chroma France

Ce grand écart entre les bentos box et les couteaux n'en est donc pas vraiment un, c'est la continuité du repas du soir préparé au couteau comme il se doit au Japon et dont les restes sont accommodés le lendemain. Cette pratique culinaire existait en France jadis, les travailleurs se nourrissaient d’une copieuse gamelle maison, réchauffée et consommée sur place. Ce qui est nouveau c'est que les salariés du tertiaire se sont emparés du phénomène, on estime que 15 % d'entre-eux sont déjà adeptes ce qui fait en tout un salarié sur trois (35 %) qui emporte régulièrement son déjeuner sur son lieu de travail (37 % des salariés en province et 26 à Paris). Lorsqu'il n'y a pas de cantine, le pourcentage de salariés qui apportent leur déjeuner, au moins une fois par semaine, atteint alors 46%. Précisons que le but est triple :
- manger sain et équilibré en contrôlant le contenu de notre assiette (qualité des aliments et apports caloriques), le volume de la boite parfaitement adaptée aux besoins permet de ne pas manger plus que nécessaire
- manger économique en économisant quotidiennement le coût d'un repas à l'extérieur ou en restaurant d'entreprise (un repas maison équivalent restera toujours moins cher).
- manger écologique en nettoyant et réutilisant la boite, diminuant les emballages que l'on aurait avec des plats préparés de grande surface.

Lunchbox isotherme très féminine... - © Chroma France

En remplissant un bento de manière équilibrée on favorise également la lutte contre le cholestérol et le diabète. On évitera donc la mayo... et partira plutôt vers des pâtes ou du riz, accompagnés d'une omelette ou de jambon (protéines) ainsi que de légumes et fruits. Seule limite, votre créativité.
Notons l’existence de bento isothermes, permettant de manger chaud même lorsque l'on ne dispose pas de quoi réchauffer son assiette à l'heure du repas ! Pour en savoir plus, consultez le site de la boite bento et lunchbox

... Et aussi plus masculine - © Chroma France



Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 26 septembre 2012

Des pierres en diamant

Pierre diamantée 400/1000 - © Chroma France
D'après l'échelle de dureté de Mohs, du nom d'un minéralogiste allemand Friedrich Mohs qui classifia minéraux et pierres précieuses en 1812, le diamant est le matériau le plus dur connu. Les minéraux sont classés en valeur relative (l'indice n'est donc pas proportionnel) de 1 (le plus doux) à 10. Tôt ou tard les fournisseurs de couteaux s'intéressèrent à la matière car les fidèles lecteurs de ce blog n'ignorent plus que la dureté est un paramètre important du prix et de la performance d'un acier de coutellerie. Dans les années 1990 on a ainsi expérimenté de nouveaux matériaux comme la céramique industrielle, mais qui n'ont pas donné satisfaction car dureté rime avec perte de flexibilité et donc fragilité. Précisons au passage que la céramique (Zirconium) est classifiée 7 sur l'échelle de Mohs alors que certains aciers japonais vont jusqu'à 8,5. Mais passons.  
Il était manifeste qu'après les pierres en céramique, les fabricants de pierres allaient s'emparer de ce thème. C'est chose faite chez Chroma France qui propose depuis peu une pierre diamantée 400/1000. Il s'agit ici de plaques de métal recouvertes par concrétion de poussière de diamant à fort pouvoir abrasif, classifié 9,3 sur l'échelle de Mohs. Une pierre à réserver aux alliages mineurs inférieurs à 0,6 % de carbone notamment européens, car plus résistante à l'usure qu'une pierre synthétique gros grains (rappelez-vous l'article sur les pierres à aiguiser où nous disions que pour les aciers japonais on n'enlevait pas de matière) et donc usitée pour ré-aiguiser des couteaux déjà émoussés. La pierre a un autre avantage : elle ne casse pas au transport.
Deux conseils s'imposent : 
1°) ne pas appuyer comme une bête pour ne pas endommager la matrice, certes le métal ne se déforme pas mais cela ne la met pas à toute épreuve non plus
2°) cette pierre peut s'employer à sec, mais contrairement aux pierres en céramique un peu d'huile minérale cette fois-ci lui fera le plus grand bien, pour enlever la limaille prendre un linge imbibé d'alcool.
3°) En théorie cette pierre permet d'allonger le cycle de vie du tranchant de la céramique car elle est plus dure, mais les résultats ne conviendront pas aux puristes. Et si vous pouviez vous passer de la céramique... ;-)                   


Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 7 septembre 2012

Masterchef et l'Académie des Bocuse d'Or

Jeudi 13 septembre à 20h50, les candidats de Masterchef sous l'oeil des chefs de la Bocuse d'Or Winners Academy, Jacky Fréon, Michel Roth, Régis Marcon, Francois Adamski, Fabrice Desvignes et Philippe Mille. Point commun des jurys : ils utilisent tous des couteaux Chroma France : Haiku, Kasumi Titanium et Type 301 Design by F.A. Porsche. Chroma France est par ailleurs porteur de la licence concurrente de Masterchef, Top Chef, dont la saison 4 prévue en février prochain va bientôt être enregistrée, avec la gamme pro éponyme.

Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 3 septembre 2012

La rentrée au Japon

La rentrée au Japon ne se déroule pas début septembre comme en Occident mais au 1er avril et donne lieu à des cérémonies importantes : les enfants en uniforme sont alignés dans la cour ou assis dans une salle s'il pleut et écoutent le discours d'accueil du Directeur. Les parents portant le badge de l'établissement pour éviter tout problème y assistent également. Dans certaines écoles maternelles et primaires privées, les parents seront passés par un examen sur leur situation et approche éducative avant que leurs enfants aient été acceptés dans l'établissement. 
Des chefs et sous-chefs de classe sont nommés, qui auront à organiser les bunka-sai, des fêtes culturelles, concerts, soirées dansantes ou représentations théâtrales et les takiu-sai, rencontres sportives. Une fois les cours terminés on désigne un chargé de classe pour le lendemain qui doit nettoyer la classe, les couloirs, toilettes et autres pièces de l'établissement. L'uniforme, avec le blason de l'école, ne sera pas porté tout le temps dans les petites classes, ne se généralisant qu'au collège. Il est noir dans une coupe militaire pour les garçons et bleu marine pour les filles qui sont en jupe plissée courte. 
A méditer : dans un pays aussi moderne, le boulier est toujours utilisé. Alors qu'il avait été abandonné dans les années 1980 au profit des calculatrices, il a fait depuis son retour en raison de ses bienfaits sur le développement cérébral des enfants. 
A l'école le déjeuner est pris en classe. Soit il est servi par des camarades désignés pour ce jour-là, soit chacun aura apporté son bento préparé la veille. L'année scolaire s'arrête fin mars et donne lieu à des cérémonies de remise des diplômes de la main du proviseur sous le regard des parents après la 6ème année de primaire, la 3ème de collège et la 3ème de lycée. Anecdote : après la remise des diplômes au lycée, si la jeune fille demande au garçon son deuxième bouton d'uniforme en partant du haut, cela signifie qu'elle veut sortir avec lui. S'il accepte, ce dernier le lui remet. Il est reconnu au Japon que le simple cursus scolaire n'est pas suffisant pour atteindre le niveau universitaire. Les examens d'entrée sont sévères et généralement les adolescents doivent prendre des cours complémentaires pour réussir.
 

Rendez-vous sur Hellocoton !