jeudi 27 février 2014

Les bains japonais : Sento, O-furo et Onsen

Hatcho yu (Tochigi-ken) © secret-japan
Lorsque l'on parle de bains japonais, nous vient immédiatement à l'esprit le onsen, la source chaude naturelle, or ce n'est pas le seul type de bain ni même le plus rependu sur l'archipel.

Le plus utilisé est naturellement le bain à la maison, appelé O-furo. On peut croire à ces mot qu'il s'agit de la même chose que chez-nous, pourtant les codes sont différents. Tout d'abord, traditionnellement la baignoire est en bois, bien que les matériaux aient fortement évolués à notre époque, et selon l'espace disponible, peut accueillir plusieurs personnes. Au Japon, le bain n'est pas un élément pour se laver mais pour se détendre. Il ne convient donc pas de se laver dans un O-furo. En premier lieu on remplit la baignoire d'eau chaude et on se nettoie le corps à l'extérieur du bain, en prélevant une partie de l'eau du bain pour le rincer correctement le corps (ou en utilisant la douchette si il y en a une). C'est une fois propre que l'on entre dans le bain pour se relaxer. Initialement, il n'est pas obligatoire de se laver le corps au savon, mais juste de bien le rincer avant d'entrer dans le bain. Le savonnage intervenant une fois le corps réchauffé par l'eau du bain (toujours en dehors de celui-ci) avant de replonger une dernière fois dans la baignoire pour se relaxer. Cela a tendance à se raccourcir pour tendre vers la première méthode. A noter qu'il est bien vu en sortant de placer un couvercle isolant sur le bain lorsque l'eau est encore chaude, car l'eau étant propre, d'autres membres de la famille peuvent en profiter ensuite. En dernier lieu, l'eau est souvent réutilisée pour faire des lessives ou arroser le jardin.

Celui qui est souvent confondu avec le onsen, c'est le sento. Le sento est un bain public se trouvant en ville, dont l'eau est chauffée par la main de l'Homme. Ce type de bain trouve son origine à l'époque Nara, initialement lié aux croyances et rites shintoïstes, et a pris son essor à l'époque Edo. A cette époque, le sento fait partie des activités de loisir et même considéré comme une part importante de la vie sociale. Les bains étant très grands, ils étaient l'occasion de moment d'échanges et participait à la vie de quartier. L'arrivée des occidentaux à l'ère Meiiji qui a bouleversé la longue tradition de forge des sabres a également eu son impact sur les bains publics. Successivement l'arrivée de nouvelles sources de distraction et celle des salles de bain modernes firent perdre de son intérêt aux bains pour une partie de la population. Le nombre de sento encore en activité a largement diminué au long du dernier siècle ; Il en reste un millier aujourd'hui.
Au sento, des règles sont a observer. Elles sont très souvent illustrées pour être compréhensibles par tous et comprennent en général le fait de se laver avant d'entrer dans le bain, de ne pas entrer avec des vêtement ou sa serviette dans le bain. La plupart du temps, il est également indiqué que les personnes tatouées ne sont pas les bienvenues car le tatouage est assimilé  à l'appartenance aux yakuza. Certains propriétaires magnanimes peuvent parfois se montrer cléments à l'égard des étrangers tatoués, comprenant bien que la signification est tout autre pour eux (cela dépend aussi de la taille et du type de tatouage).

Rotenburo au pied d'une cascade - © Amagisou
Enfin, le onsen dont nous avons tous des images en tête. C'est la source chaude naturelle, chauffée par l'activité volcanique ultra-présente au Japon. Chargées en divers éléments minéraux, les eaux des onsen ont des propriétés propres qui varient selon les régions. Le Onsen peut être en pleine nature, parfois bien aménagé en de magnifiques rotenburo (bains en pierre), parfois complètement sauvage, ou en intérieur (voir les deux à la fois). Tous les onsen payants ont des règles d'utilisation souvent proches de celles des sento. Rares sont ceux qui soient mixtes mais de plus en plus permettent d'en profiter en maillot de bain. Le onsen est aussi emblématique du Japon que les sushi ou le Mont Fuji, c'est pourquoi l’appellation est protégée, tous ne peuvent pas s'appeler onsen. Parmi les plus connus et réputés figurent ceux de Beppu (les 7 enfers), de Jigokudani dans les Alpes japonaises avec ses singes qui s'y baignent et le Dogo Onsen de Matsuyama qui a inspiré le décor du Voyage de Chihiro à Hayao Miyazaki et est accessoirement le plus ancien du pays.
Si il n'y a qu'un type de bain à essayer lors d'un voyage c'est à coup sûr le onsen. De préférence un au décor enchanteur, à pan de montage en plein hiver ou avec vue sur la mer avec un soleil couchant en fond. Cela fait partie des moments intimes avec le Japon qui permettent de profiter pleinement de son séjour ! Un bon site pour trouver ce genre d’endroits : http://www.secret-japan.com/onsen/ (attention il ne semble plus mis à jour récemment, mais la majorité des lieux ne doivent pas avoir beaucoup changés).

Rendez-vous sur Hellocoton !