mercredi 5 mars 2014

Gokaido - Les 5 artères de l'ancien Japon

Les 5 grandes routes - ©
Tokyo est là où convergent les différentes routes
Après un long moment centralisé dans la région de Kyoto, le pouvoir s'est expatrié à Edo, l'ancien nom de l'actuelle Tokyo. Il était primordial pour le shogunat de ne pas isoler la nouvelle capitale du reste du pays et notamment de la région peuplée du Kansai. Les 5 grandes routes, héritage de l'époque Edo, ont donc pour point commun le point de départ/arrivée de la capitale et relient diverses grandes villes stratégiques du Japon de l'époque. 

Les routes étaient les suivantes : 

Tokaido, la plus connue, reliant Tokyo à Kyoto sur plus de 500km en longeant la côte. Réparties tout au long de la route, 53 stations permettaient aux voyageurs de faire des haltes (à pied, le trajet durait 2 semaines à raison de 35km par jour). Aujourd'hui ce trajet est celui emprunté par le shinkansen.

Nakasendo, la seconde voie qui reliait nouvelle et ancienne capitale, mais en passant cette fois par le centre du pays, très montagneux. Un peu plus longue à la fois en distance et en temps, cette route comptait 69 stations. Une grande partie de la route n'existe plus sous sa forme ancienne, réaménagée pour les besoins modernes mais certains tronçons ont été rénovés pour ressembler exactement à son aspect de l'époque. C'est le cas par exemple des 8km entre Tsumago et Magome.

Koshu-kaido est la route qui connecte Tokyo au Mont-Fuji, elle est jalonnée de 44 stations et rejoint la Nakasendo en son terme.

Oshu-kaido, qui reliait Edo à l'actuelle préfecture de Fukushima au Nord (27 stations). Initialement prévue pour les Daimyo (gouverneurs de province), cette voie a rapidement été utilisée en tant que voie commercial avec le nord.

Nikko-kaido, qui emprunte le même passage que la Oshu-kaido jusqu'à la 17éme station, puis qui rallie Nikko en 4 stations supplémentaires. Son usage était de faciliter l'accès aux sanctuaires très nombreux de cette ville.

Le shogunat avait établi des règles de construction très précises pour ces 5 routes. Par exemple, la position et le nombre de stations - essentielles aux voyageurs pour se nourrir et se reposer mais servant aussi à entretenir et sécuriser les routes - ou encore la largeur de la voie qui devait être de 11 mètres... Les stations le long de ces routes sont des sortes de petits villages qui ont été l'objet de nombreuses estampes et photographies. Les routes étaient majoritairement recouvertes de graviers et de sable sauf certaines portions plus dangereuses qui étaient pavées avec des grosses pierres. Les bas-cotés de la route n’étaient pas toujours réalisés de la même manière que son centre. Enfin de grands arbres étaient plantés le long de la route de manière à protéger les marcheurs de la chaleur en été.

A l'époque Edo, voyager était très réglementé lorsqu'il s'agissait de traverser le pays ou même franchir les frontières entre les différentes domaines des seigneurs locaux. Des postes de contrôle étaient établis tout au long des 5 grandes routes dans le but entre autres de réguler l'entrée d'armes sur les territoires.

Rendez-vous sur Hellocoton !