lundi 9 février 2015

Kiseki, kesako ?

Enfin, une photo de l'objet... Le Sirha, salon du Bocuse d'Or, est terminé, la nouvelle création de Chroma, KISEKI, sur les rails (ou plutôt sur le bateau, voguant quelque part entre Japon et Océan indien pour arrivage en avril). Vous fûtes nombreux à vouloir palper le bois du manche hérité des tableaux bord équipant les dernières Lexus haut de gamme de la marque Toyota issu des forêts que le constructeur possède en propre. Une belle innovation que ce manche, un toucher indescriptible, ni dur, ni mou, entre les deux, d'une légèreté inouïe, un couteau office pèse 55 grammes, un Santoku 135 ! Une nouvelle sensation avec sa forme octogonale plongeante (Hachikakukei). 
La démarche bionique transposant un principe naturel dans une réalisation de type industriel. 
Une tenue du fil supérieure à ce qu'on trouve ailleurs grâce à un revêtement spécial, en ligne avec la philosophie de Chroma qu'un couteau s'aiguise par soi-même sur une pierre sans devoir le renvoyer à l'usine.

Enfin, la poésie sous-jacente, celle qui transparaît sur l'identité visuelle de son logo symbolisant un 8 non fini, le signe infini qu'il VOUS appartient de finir avec votre dextérité pour faire de KISEKI le couteau de votre vie et ne plus vous poser cette question qui vous hante : mon achat est-il durable ? Oui, KISEKI génère une productivité inédite en cuisine, durable et rentable sont les deux adjectifs qui conviennent. Le couteau a suscité l'admiration au salon, normal, en japonais KISEKI signifie miracle. Produit en quantités très limitées vous ne pouvez en ce moment l'acquérir que sur invitation de Chroma France.  

Rendez-vous sur Hellocoton !