lundi 1 juin 2015

Kiseki, cet O.C.N.I.*

* Objet coupant non identifié.
Les couteaux KISEKI ont débarqué en France à la  mi-avril. Il nous faut insister sur le fait qu'il s'agit d'un exploit industriel rare. Il y a quelques années un fabricant français avait lancé un concept novateur sous le thème du couteau qui ne s'affûte plus (le slogan avait été retoqué par des tribunaux allemands dans la foulée). Les connaisseurs sauront de qui on parle, l'entreprise avait à l'époque organisé un savant buzz sur le web au moyen de self-commentaires pour booster la notoriété du produit. Nous avions mis le consommateur en garde devant le discours sur le site de Chroma France mais il fallait laisser sa chance au produit. Quatre ans après, on en sait un peu plus sur le "tranchant éternel" qu'on nous avait tant vanté. Les commentaires sont plus désabusés. Et c'est une leçon : ne pas se fier à des commerçants qui sont partie prenante dans un lancement de produit eux-mêmes, cas de ce site d'e-commerce qui lança le produit en le faisant noter par des "testeurs" maison acquis à la cause car ils avaient reçu le couteau gratuitement pour ce faire (cela commence par un A et finit par un N... et ils sont coutumiers de ces lancements de produits biaisés, apparemment les consommateurs français tombent toujours dedans vu de récentes trouvailles du même style). Que ce soit dit : le tranchant ad vitam aeternam est un mythe. Les fournisseurs qui sont conscients de cela restent modestes sur les performances supposées tant qu'ils n'ont pas été testé de longs mois en emploi réel et adaptent la conception de leurs produits de sorte à ce qu'ils soient facilement ré-affütable par une main humaine. Et quel plaisir de discuter avec vous une fois que vous avez pris les bons gestes pour parfaire vous-mêmes votre tranchant ! Pour KISEKI il n'en va pas autrement : c'est un tranchant certes pérenne (les tests sur le terrain font état de mois sans affûtage), mais à un moment donné il faudra l'entretenir aussi avec une pierre conventionnelle.
Le secret de KISEKI, c'est :
1. des carbures, composés binaires de carbone mélangés avec un autre élément extrêmement dur qui nous vient de la conquête spatiale, d'où l'allusion O.C.N.I.plus haut, et offrant une grande résistance à l'usure. Ces carbures sont fondus dans la masse et pas seulement appliqués en surface
2. elles engendrent ensuite des micro-particules qui se régénèrent spontanément par frottement entre le noyau support et son alliage, comme pour les dents des rongeurs d'où le slogan "Inspired by nature" 
Ceux qui ont la chance d'avoir déjà un Kiseki chez eux, n'hésitez pas à échanger et à nous tenir au courant de la tenue de fil. Seul bémol, ce couteau n'a pas été conçu pour gauchers (sinon le point 2 ne fonctionnerait pas). 

Rendez-vous sur Hellocoton !