vendredi 30 janvier 2015

And the Winner is...

Pour la seconde fois consécutivement le couteau Masahiro est le couteau qui équipe la main du futur Bocuse d'Or. Comme en 2013 (mélange Porsche, Kasumi, Masahiro).
Cette année c'est la Norvège qui a gagné. Masahiro est le couteau le plus apprécié en Scandinavie, pays où se vendent des quantités astronomiques de couteaux japonais, des pays qui trustent régulièrement les premières places des concours culinaires les plus exigeants. Les Scandinaves ont compris depuis de nombreuses années qu'une assiette c'est un petit jardin zen à la japonaise, et le couteau Masahiro leur correspond comme un gant. Pour sa précision de coupe et sobre design. Ci-dessous la réalisation de la Norvège : 

La success-story Chroma France continue, hormis l'année 2011 la société n'a rien moins que représenté tous les couteaux des gagnants depuis 10 ans, un fait unique dans les annales :
2005 et 2007 : Chroma Haiku
2009 : Mac Pro
2013 : Porsche, Kasumi, Masahiro
2015 : Masahiro
Sans compter les Bocuse d'argent ou de bronze.
Ci-dessous le Bocuse d'Or 2013, Thibaut Ruggeri, en pleine action avec le flexible M16.





Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 19 janvier 2015

奇跡 Kiseki, c'est quoi ?

Trouver le couteau parfait au tranchant éternel, facile d'entretien et à la préhension agréable est le graal que recherchent tous les couteliers, une quête aussi ancienne que l'outil lui-même. Car toute lame s'émousse avec le temps. La lutte contre la perte de tranchant est encore plus inégale de nos jours avec les planches à découper en plastique qui soumettent les couteaux à de nouvelles contraintes. Il fallait une révolution technologique pour reprendre de l'avance dans ce combat, KISEKI.
KISEKI est issu de l'ingénierie bionique. « La bionique est la science qui recherche, chez les plantes et les animaux, des modèles en vue de réalisations techniques. Elle étudie la vie avec l'objectif de comprendre les mécanismes de fonctionnement des organismes vivants et évolutifs afin de pouvoir les appliquer aux créations humaines » (source : Wikipédia). Comme évoqué dans un autre post du 4 juillet dernier, la nature nous avait doté d'instruments de qualité avec les premières lames en obsidienne qui étaient plus tranchantes il y a 300.000 ans que les aciers d'aujourd'hui et 100 fois plus fines que des lames de rasoir. La bionique n'est que le terme moderne de ce que nos ancêtres appliquaient sans le savoir et que le monde économique a trop longtemps occulté.
Observons la dentition des rongeurs. Elle est composée de deux matériaux différents qui inter-agissent : une substance majoritaire, la dentine appelée aussi ivoire, d'une dureté proche de l'aluminium, laquelle dentine est recouverte d'une fine couche d'émail extrêmement dure. L'émail est le matériau le plus dur du monde animal, aussi dur que du béton. On peut fendre de l'aluminium avec. Les ingénieurs de Chroma ont observé que lorsque les rongeurs se font les dents la dentine s'use plus vite que l'émail, à la jointure entre les deux couches se développe un angle saillant qui devient tranchant comme un couteau. C'est l'idée de départ de KISEKI. S'y greffent des innovations à la pelle. Le couteau est si difficile à fabriquer que seuls 300 exemplaires seront octroyés à la France pour son lancement. Le lancement mondial aura lieu au salon Sirha à Lyon du 24 au 28 janvier prochain, stand 6 F118. Premiers arrivés, premiers servis ! Ci-dessus l'accroche visuelle : le K de KISEKI en tori inversé symbolise les 3 éléments de composition de Kiseki qui différencient le couteau des autres couteaux de cuisine. Deux côtés de lame dissemblables ("l'effet rongeur") dont un matériau qui nous vient de l'industrie spatiale et un manche novateur encore jamais employé en coutellerie qui a, lui, été inspiré par l'industrie automobile de luxe japonaise. Nous ne parlons pas de tranchant éternel, qui est une aberration, mais de tranchant perpétuel. Car le tranchant de Chroma se renouvelle, comme les dents des rongeurs. KISEKI est bien sûr made in SEKI.
A bientôt pour de nouvelles révélations dans ces colonnes et sur le site de Chroma France.

A suivre 2... 

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 15 janvier 2015

Haiku bientôt en lice au Bocuse d 'Or

Les Haikus de Nicolas Davouze
Il était une fois, une success-story sympathique. Un fournisseur à la croisée des traditions japonaises et d'influences occidentales qui, à voir ce blog, fait régulièrement l'actualité, jalonnant le marché de marques-repères de plus en plus appréciées par les adeptes de belles lames, proposant à la fois des produits high-tech (Kiseki, à découvrir bientôt dans ces pages) et traditionnels carrément "vintage", guidé par le seul souci de faire du bien aux chefs qui se font si mal dans leur métier. Ce fournisseur, vous l'aurez compris, c'est Chroma et son antenne française. Le concours mondial du Bocuse d'Or qui se tient à Lyon les 27 et 28 janvier prochains est singulièrement en phase car il véhicule des valeurs similaires, l'exigence, le culte de l'amélioration permanente, le pari de l'innovation dans la continuité. Chroma France collabore depuis de nombreuses années avec les équipes nationales de cuisine artistique et cumule plus de podiums que n'importe quel coutelier équipementier. Trois victoires déjà en cinq épreuves seulement et plusieurs places d'honneur.
Cette année encore c'est le couteau Haiku qui équipe la France. Vingt ans cette année que Haiku est présent en Occident, dix ans de présence au Bocuse d'Or. Pourquoi Haiku ?
Nous y voyons deux raisons principales :
1°) Ce couteau transpire la simplicité dans une fusion de sensation olfactives, visuelles et tactiles (ce dernier aspect primordial dans un concours aussi long), nous l'exposions dans un post précédent concernant son ergonomie : http://blog-couteau-japonais.chroma-france.com/2014/04/lequipe-de-france-est-prete.html
2°) Aussi vrai qu'un repas frugal peut être plus savoureux qu'un plat de viande comme ceux que nous verrons à Lyon, ou que peu de meubles dans une pièce confèrent plus de beauté qu'un capharnaüm d'objets de luxe hétéroclites, ce couteau dégage une harmonie zen via sa conception simple allant à l'essentiel.
Nicolas Davouze, notre compétiteur national, ne s'y est pas trompé, faisant de Haiku son favori, et technique et affectif. Pour ces esthètes de la cuisine l'assiette est un petit jardin zen, miroir de leur moi profond. Le pointillisme dont ils doivent faire preuve est aussi important dans l'assiette que dans la découpe des plats à destination du jury. Et pour cela, il faut un outil à leur image, avec lequel ils font corps pendant 5 heures 35 car tout va de pair. Un matériau poli par le temps comme le manche de Haiku, devient un allié inconditionnel de l'artiste. Plus d'info : http://www.saga-bocusedor.com/v2/2015/01/12/mens-sana-in-corpore-sano
La France se présente au concours mardi le 27 janvier. Dernière semaine de réglage, on affûte et s'affûte ! Le concours et ses coulisses sur www.saga-bocusedor.com   


Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 7 janvier 2015

Top Chef 2015, présentation

Après le succès d'Objectif Top Chef diffusé fin 2014 et remporté par l'alsacien Xavier Koenig, c'est autour de l'émission culinaire reine de M6 de faire son retour pour une nouvelle saison. Cette 6éme année de Top Chef sera marquée par nombre de changements destinés à renouveler le programme. Déjà amorcé par la qualification d'un non-professionnel en présélection lors d'Objectif Top Chef, le lifting se poursuit avec le remplacement de 3 des 4 membres historiques du jury. Le désormais confirmé et très apprécié de la TV Philippe Etchebest sera rejoint par Hélène Darroze et Michel Sarran pour remplacer Ghislaine Arabian, Thierry Marx et Christian Constant et toujours au côté de Jean-François Piège.
Le premier épisode de Top Chef 2015 sera diffusé le 26 janvier à partir de 20h50 et intégrera lui aussi un nouveau principe. Les 15 candidats seront répartis en 3 groupes qui participeront chacun à une épreuve différente concoctée spécialement par les trois nouveaux chefs membres du jury :
- Philippe Etchebest, "Comment faire un plat spectaculaire avec des pâtes industrielles ?" 
- Hélène Darroze, "Comment faire une « poire Belle Hélène » gastronomique ?"
- Michel Sarran : "Comment faire une assiette gastronomique avec un simple poulet et des pommes de terre ?" 
Sur chacune des épreuves, le jury au grand complet dégustera les assiettes des 5 candidats, le moins convainquant d'entre-eux sera directement éliminé du concours !
Seule constante dans cette nouvelle mouture de l'émission, la qualité des couteaux utilisés par les candidats : Top Chef de Chroma !

Découvrir la présentation des nouveaux candidats :

Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 5 janvier 2015

奇跡 Kiseki, c'est qui ?

L'objet nous vient du pays du soleil levant, de Seki, capitale du couteau japonais, qui se retrouve dans son nom sonnant comme un hommage à ce lieu de production qui fournit de longue date de belles lames au monde entier. C'est la prochaine nouveauté Chroma qui va encore secouer... le cerisier. Son nom annonce la couleur, en japonais 奇跡 signifie "miracle".   
Chroma nous a déjà surpris maintes fois, avec le couteau de cuisine au design vrombissant F.A. Porsche, le couteau-poète Haiku ou encore le revival brut de forge Haiku Kurouchi. Justement, KISEKI, c'est l'anti-Kurouchi, pas un couteau vintage, à l'ancienne, mais futuriste, incorporant les dernières trouvailles technologiques. A la base, toujours cette obsession du tranchant pérenne qui guide la société. Mais cette fois-ci la recherche fut confiée à des ingénieurs de la matière. Les idées puisées dans la nature et l'espace. Le résultat, bluffant, nous fait exploser les notions traditionnelles de ce qu'est la productivité en cuisine. Le lancement mondial est prévu au salon Sirha à Lyon fin janvier. D'ici-là nous vous distillerons les informations au fur et à mesure et lèverons progressivement le voile sur un produit qui marquera sa génération. Pour l'instant nous en sommes encore à la phase validation des tests... et stupéfaction. 

Et voilà une année qui commence sur les chapeaux de roue ! A suivre... (1)  

Rendez-vous sur Hellocoton !