mercredi 7 décembre 2016

Gault&Millau atterrissage manqué au Japon

Cela fait maintenant 10 ans que le Michelin décerne ses étoiles au Japon. Le second guide gastronomique français Gault&Millau se faisait fort de venir y concurrencer le guide rouge. Présenté le 1er décembre, le lancement a fait flop. Le guide n'a généré quasi aucune retombée médiatique, ni en japonais, ni dans aucune autre langue... Le site web est indisponible depuis fin novembre... Le guide n'a été imprimé qu'à 3000 exemplaires... Il est vrai qu'il y a de gros soucis au niveau de l'actionnariat de G&M Japon, procès en cours, ceci expliquant sans doute cela. 

La bagarre des guides fait rage. Au moment ou "La Liste des 1000", sous l'égide du Ministère des affaires étrangères, répond aux "100 Chefs" du magazine "Le Chef" où nous étions présents dans la salle lors de sa présentation au World Chef's Congress Summit de Monaco et au très controversé (parce que les Français y sont sous-représentés..."World's 50 Best Restaurants"), franchement on ne sait plus où donner de la tête. Le classement des "100 Chefs" repose d'après son promoteur sur les 534 2** et 3*** du monde entier (qui doivent en sélectionner 5), ce qui déjà paraît un tant soit peu subjectif, avec force établissements français puisque les Français sont bien représentés au Michelin (quid des pays qui n'ont pas d'étoilés ?). Les pairs ont désigné cette année Alain Passard comme vainqueur, suivi de l'espagnol Martin Berasategui et Pierre Gagnaire. Quand à la "Liste" c'est Guy Savoy qui l'emporte (qui n'apparaît même pas dans les "100 Chefs") devant le japonais Kyo Aji (Minato, Tokyo) et Eric Ripert du Bernardin à New York, seconds ex aequo. Ensuite nous avons encore une quintuple égalité à la 3ème place : la  famille Roca de Gérone), Alain Ducasse au Plaza Athénée, Massimo Bottura (Modène), Kyubey (Tokyo) et l'autre new-yorkais d'adoption, Jean-Georges Vongerichten du Jean-Georges. Il y a aussi une sextuple égalité à la 4ème place... Le jury de "La Liste", les 400 "sources" de guides et critiques gastronomiques, du Michelin encore lui au guide Carême des Emirats arabes unis (!), ne peuvent apparemment, pas départager. En filigrane on note quand même que la gastronomie japonaise est prépondérante (première avec 116 restaurants devant la France 113 et la Chine, étonnant 3ème). On a aussi un guide des consommateurs dans le paysage, le "Best Fine Dining Restaurant". Et bien d'autres qui essaient de nous guider (surtout leurs sponsors...).

Nota : fonctionnement de "la Liste". C'est un classement des classements. Pour chaque restaurant sont pris l’ensemble des évaluations disponibles en ligne (TripAdvisor, Yelp…), ou sur papier (guides gastronomiques, publications spécialisées). Les notes attribuées par les différents guides sont harmonisées et pondérées selon leur fiabilité (ouh là!), grâce à un algorithme. Il en résulte un score global compris entre 0 et 100, arrondi au quart de point, qui détermine la place du restaurant dans le classement. Balaise... Malaise... 

Rendez-vous sur Hellocoton !