mercredi 10 mai 2017

White steel, blue steel, yellow steel

Haiku Pro Shirogami vs Haiku Kurouchi Aogami
Ces 3 aciers ainsi dénommés, car c'est la couleur du papier d'emballage, se définissent de la sorte :

Yellow paper steel (Kigami) : moins d'impuretés que les aciers simples - communément employé pour les scies mais aussi certains couteaux pas trop haut de gamme

White paper steel (Shirogami) : acier carbone avec très peu d'impuretés (*1), un peu de phosphore et de sulfures. Requiert des artisans qualifiés car la bande de tolérance de température pour durcir l'acier est infime. Il y a 3 sortes de Shirogami : #1 (1,2 à 1,4 % C), #2 (1,0 à 1,2 % C), #3 (0,8 à 0,9 % C), C pour carbone (*2)

Blue paper steel (Aogami) : acier carbone avec ajout de tungstène pour plus de dureté et de chrome pour faciliter la trempe. Il y a deux sortes : #1 (1,2 à 1,4 % C), #2 (1,0 à 1,2 % C). Comparé à l'acier blanc, l'acier bleu a une plus grande résistance aux chocs.

Les grades #1 sont donc plus durs et les grades #2 ont une meilleure résistance mécanique.

(*1) c'est une de caractéristiques essentielle des aciers japonais qui contiennent 15 fois moins de phosphore que les aciers européens. Pour la petite histoire le fer (qui n'existe pas à l'état natif) des aciers européens provient de roches minérales contenant des oxydes de fer et celui des aciers japonais s'obtient à partir d'un sable ferrifère très fin. Il y en a de deux sortes, celui qui convient le mieux à la fabrication d'acier destiné aux couteaux est un minerai sablonneux détaché par oxydation des rochers volcaniques, masago en japonais. 

(*2) Le carbone, c'est de l'hélium reconstitué d'origine extra-terrestre d'avant la formation de notre système solaire, il proviendrait d'une géante rouge ayant explosée. Autrefois, lors de la fabrication de couteaux, les sidérurgistes japonais commençaient par brûler du charbon de bois de pin, sur lequel ils versaient le sable vu plus haut, puis alternaient les couches de charbon et de sable pendant 3 jours sans interruption. Le charbon brûlant dégage du monoxyde de carbone qui réduit les oxydes de fer. Lors de la combustion le minerai passe à travers le lit de charbon et se charge donc en carbone. Après défournement on triait les morceaux séparés des scories de charbon de bois non brûlé en fonction de leur teneur en carbone. Aujourd'hui encore, malgré les hauts fourneaux, le procédé reste artisanal car on n'a jamais réussi à fabriquer des coulées de qualité en quantités industrielles.

Chez Chroma nous avons :
Haiku Pro : Shirogami #1
Haiku Itamae : Aogami #1
Haiku Kurouchi : Aogami #2 
Chez Masahiro c'est la gamme Tokujyo.
A trouver ici sur le site spécialisé en aciers carbones.
Ces aciers sont appelés aciers carbone car ils contiennent peu de chrome. Les aciers "non carbone" (PS: ceci est une erreur de langage car tout acier contient du carbone) sont des alliages F+C auxquels on rajoute du chrome pour les protéger de l'oxydation (exemple : Chroma Haiku ou Type 301). Là aussi attention au nom, l'acier "dit inox" n'est pas inoxydable, le chrome forme seulement un oxyde protecteur séparant l'acier de son milieu (lave-vaisselle interdit !), mais plus on met de chrome, moins ça coupe, à l'exception des aciers aux doubles vertus (exemple :  Chroma Dorimu en VG2 + VG10, ou les couteaux Kasumi, fruit des récentes technologies). On parle dans ces cas de high carbon stainless steel (aciers inoxydables à fort taux de carbone). Le VG10 en est l'exemple le plus connu.



Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 9 mai 2017

Amazon, ça bouge... chez nos voisins

Les habitués de ce blog savent que nous ne sommes pas des inconditionnels d'Amazon qui, devant notre refus de coopérer avec eux, a sorti en son temps la grosse artillerie, ce que nous n'avons pas apprécié (et encore moins le dédain faisant suite à nos courriers recommandés restés sans réponse). Maintes fois nous avons signalé aux autorités que l'évasion fiscale qui a cours sur ce site menait à une concurrence déloyale contre laquelle les honnêtes revendeurs français ne peuvent lutter. De nombreux revendeurs (Chinois, Japonais, Américains) ont en effet trouvé la faille dans le dispositif européen en ne déclarant ni TVA ni droits de douane à l'importation. Conscients de leur impunité, ils n'hésitent pas à afficher clairement le fait qu'ils sont hors-la-loi. Un exemple avec ce revendeur qui note dans ses CGV : "Il nous est impossible de connaitre les lois et reglements concernant votre pays. Il est de la responsabilite de l’acheteur de s’assurer que l’article est conforme aux lois et règlements de son pays et que le produit en question ne puissent etre soumis a quelconque taxes ou tarifs. Récemment cher client(e) de l’UE (Union Europeenne) sont parfois soumis a des charges additionnelles de la part de leur agence douanière. Nous vous recommandons d’être vigilants concernant ce point. Sachez que nous avons aucuns pouvoirs de controls ou de decisions si un agent douanier deciderait de taxer votre article ou d’ajouter des frais de livraison supplémentaires. Samurai-market (le nom du contrevenant) n’est pas responsable pour quelconques possible taxes ou charges il en sera du devoir du (de la) client(e) de s’acquitter de ceux-ci". En clair : l'acheteur doit déclarer et payer la TVA, ce qui absolument faux étant donné que sur le site Amazon.fr est mentionné que tous les produits sont TCC. Ce vendeur met ses clients en situation de devoir payer une forte amende. La prudence est donc de mise avec les revendeurs étrangers. Le revendeur en question a été signalé plusieurs fois déjà au site Amazon.fr, qui se déclare incompétent (comme réponse ils ont menacé à celui qui leur a indiqué de clôturer son compte s'il continuait à signaler les infractions...).  
En Angleterre, Allemagne et Italie, les services fiscaux ont pris conscience du problème, quoique tardivement. En Angleterre une descente surprise des douaniers dans les locaux d'Amazon où ils ont constaté moults produits non déclarés, le fisc allemand qui estime à 1 milliards d'€ la perte de TVA engendrée à promis de soulever la question en ce mois de mai. Et la France dans tout cela ? Nous avons écrit plusieurs fois au Ministre en charge qui accuse réception, à trois ans d'intervalle, par des copiés-collés identiques qui démontrent bien le peu d'empathie pour la cause. Pourtant, sur les 300 taxes qui existent aujourd'hui en France, plus d'une centaine ont été créées par le gouvernement précédent depuis 2012. Il est sans doute plus facile de ponctionner celui qui a pignon sur rue que le géant américain qui s'achète une bonne conduite en créant quelques emplois (très peu en fait vu ceux qu'il détruit). Cette indifférence est dangereuse pour nos finances publiques, certes, mais aussi pour notre démocratie. C'est une cause d'intérêt national de mettre fin à ces pratiques.
A venir à la télévision allemande cet été : comment des "firmes" américaines (en réalité des membres d'un même famille où chacun dispose d'un compte sous forme de Ltd) manipulent les algorithmes Amazon et s'échangent des reviews positives, ce qui est toléré de longue date sur le site, ou font envoyer de Chine de la marchandise dans les entrepôts d'Amazon en Tchéquie pour livrer ensuite la France et l'Allemagne hors taxe par l'intermédiaire des camions Amazon qui ne sont pas évidemment pas contrôlés au franchissement de frontière (petit rappel : Schengen n'a pas aboli les frontières physiques)... Quelque chose nous dit qu'on n'a pas fini de parler du présent thème.


Rendez-vous sur Hellocoton !