mardi 13 mars 2018

Mais qu'arrive-t-il au guide Michelin ?

Le guide Michelin est régulièrement sous le feu des critiques mais il faut dire qu'il ne fait rien pour ne pas soulever des questions. C'est d'abord la récente polémique au niveau du sponsoring des géants de l'agro-alimentaire (Délifrance, Lactalis, Metro...) qui s'achètent une image via le guide, la presse se demandant comment les chefs étoilés toujours enclins à vanter les petits producteurs locaux peuvent ne pas s'offusquer d'un tel décalage avec leur métier. Un autre exemple de ce décalage nous est donné par le lancement d'une marque "Le guide Michelin" résolument bas de gamme et revendiquée comme telle, la marque allant être distribuée en grande surface. Lors du récent salon des biens de consommation de Francfort nous sommes allés voir ce que nous préparait la marque nouvellement créée. On s'attendait à trouver quelque chose au niveau du standing revendiqué mais on n'a vu que des ustensiles de cuisine quelconques sans aucune originalité et de qualité médiocre, des produits sans design marquant, reliques du siècle passé. Quelque chose ne tourne pas rond chez Michelin se disent les professionnels après la coïncidence du départ subit le 27 février dernier de la Directrice du guide rouge. En fait les guides gastronomiques sont en crise, on n'en veut pour exemple que le célèbre guide américain Zagat que Google avait racheté en 2012 pour le mettre en vente 6 ans après. Il avait été rendu gratuit par Google, mais le géant du web n'a pas réussi à trouver un modèle économique. Il est vrai que tout le monde s'y est mis ces dernières années. 
Le saviez-vous ? Le premier guide Internet avait été lancé en France par nous-mêmes en 2003, il s'agissait d'agréger et de pondérer les notes des plus grands guides de l'époque, Michelin, Gault Millau, Bottin gourmand, Champérard. On se souvient que l'Arnsbourg de Jean-Paul KLEIN, ancien ***Michelin de Moselle et l'Auberge de l'Ill de Marc HAEBERLIN, ***Michelin en Alsace, se disputaient la première place. La personne qui s'en occupait décéda malheureusement subitement et nous ne pûmes continuer seuls sans le fichier qui ne nous appartenait pas. Le "Guide gourmet Chroma" disparut trois ans après son lancement : il était à l'époque sans pub ni connivence, très en avance sur son temps. Il en reste aujourd'hui la partie allemande et un classement français : https://www.restaurant-ranglisten.de/restaurants/world-ranking/frankreich/
Explication des notes (en allemand) : https://www.restaurant-ranglisten.de/faq/bewertungssystem/ 
Digression japonaise.
Coïncidence, le plus grand éditeur japonais vient de publier en France le 28 février dernier son nouveau manga, "Le goût d'Emma" qui retrace le parcours d’Emmanuelle Maisonneuve, première inspectrice du guide rouge, avec Kan Takahama au fusain. Les Japonais sont très friands de récits culinaires et ont une vraie proximité culturelle avec la France (le terroir est une notion commune). Rappelons que le Japon est le pays qui compte le plus d'étoilés au monde, d'aucuns diront que c'est du marketing car décidément le Michelin est toujours au centre de la polémique, qu'il la déclenche lui-même ou non. 



Rendez-vous sur Hellocoton !