mardi 20 mars 2018

Panique au salon EGAST

Il nous a été donné lundi dernier de visiter ce salon professionnel sis à Strasbourg pour les hôteliers et restaurateurs de l'est de la France et ce que nous y avons vu est cocasse : une grève d'exposants ! En fait on voulait vous donner des nouvelles des concours culinaires mais l'actualité en a décidé autrement.
Les faits.
Le salon EGAST se tient tous les deux ans à Strasbourg dans des hangars vétustes à proximité de la salle de basket de la SIG Strasbourg. Le salon est géré par Strasbourg Evènements, filiale de la ville de Strasbourg et depuis 2014 par GL Events actionnaire à 47 %, le leader de l'évènementiel est aussi l'organisateur du plus grand salon hôtelier du monde, le Sirha, à Lyon. Les événements organisés directement par Strasbourg Événements (Foire européenne, Egast, Tourissimo, salon de l’Habitat et St’art) ont généré 10 millions d'euros en 2016, à peu près la moitié des revenus, le reste étant constitué des locations des halls, des spectacles et concerts. Les conséquences du rachat par GL Events ont défrayé la chronique locale récemment dans la presse 
Des exposants en colère.
La nuit de samedi à dimanche, pas de chance, il fait froid et il neige à Strasbourg et... les trappes de désenfumage restent ouvertes la nuit, incident technique dira-t-on. A l'ouverture du salon inauguré par Jean-François PIEGE, qui ne s'attarde guère dans les halls, le hall 8 où se tiennent les concours, n'est pas chauffé. Il y fait 4°. Les exposants grelottent, les visiteurs fuient le froid polaire (il fait - 5° dehors). Par-dessus tout, le salon n'a pas prévu de connexion entre le hall d'entrée, le hall 7, et le hall 8, il faut traverser dans le froid sous la neige et la porte du hall 8 doit rester ouverte en permanence ! Les bras nous en tombent, l'organisateur avait prévu de chauffer un hall avec les portes ouvertes, c'est donc là que partirait l'argent des exposants. La gestion du mécontentement va être catastrophique. Tels exposants exposés aux courants d'air demandent des mesures, on ne peut rien leur proposer (pourtant de nombreuses places vides jalonnent le salon). Tout est chaotique ce premier jour, le salon ayant omis de distribuer des cartes de parking exposant, du coup le parking rempli par tout possesseur d'un badge personne, les exposants se rabattent sur le parking visiteur et les visiteurs sur les trottoirs alentours où ils se feront verbaliser. Le dimanche soir la SIG a un match. Tous les abords sont déjà pris lorsque déferlent les supporters et c'est le chaos aux abords du Wacken.    
En ce lundi les exposants excédés demandent à parler à la responsable qui leur donne rendez-vous à 9 heures 30. Une heure après, toujours personne. Les exposants décident alors de bloquer le concours (trophée Haeberlin), les responsables rappliquent alors illico presto. Promettent d'améliorer la signalétique en faisant placarder des feuilles A4 (...) pour indiquer aux visiteurs où est le hall 8, ceux-ci tomberont sur une affiche "ça caille" :-). En catastrophe on installe une bâche entre les deux halls en condamnant les accès pompiers mais les exposants ne désarment pas devant ce fiasco et demandent à être remboursé de la journée de dimanche menaçant de bloquer les concours suivants s'il ne leur est pas accordé une ristourne sur cette journée perdue. Le trophée Haeberlin est quand même mené à son terme, c'est le restaurant La Casserole, Strasbourg, qui gagne la 5ème édition. 
PS : toujours très drôle, le soir en quittant le salon on rencontre de nombreux visiteurs qui tournent en rond et ne trouvent pas la sortie. Là aussi les issues sont indiquées avec un A4 bricolé en toute hâte. 


Rendez-vous sur Hellocoton !