mercredi 5 décembre 2018

Amazon recueil de fake news

Il est de notoriété publique que nombre de notes attribuées sur le site d'Amazon sont des faux (en tout cas pour les imports de Chine). Un de nos clients nous signale ainsi une mauvaise copie circule de notre couteau Chef Haiku H06, qui aurait engrangé plusieurs reviews depuis son lancement. Il s'en étonne car la copie est un couteau complètement déphasé de l'offre traditionnelle : 
- une lame type hollow (émouture creuse, ce sont des lames aiguisées en creux par meule rotative, l’arrondi de la pierre crée un creux dans la lame sur toute la longueur, généralement ces émoutures sont celles de produits d'entrée de gamme, Haiku Home ou Haiku Yakitori)
- un acier commun avec 15% de chrome "pour que votre lame reste étincelante année après année"... l'acier est présenté 2 fois plus dur que "la plupart" de vos couteaux...
- le manche semble en matériau assez banal, non cimenté de surcroît
- il n'y a aucune mention d'une marque quelconque, ou de l'acier employé, sur la lame
Le tout pour 99 € prix de vente (le tarif d'un H06 de Chroma). Bien sûr garantie à vie.
Nous avons expliqué à notre client qu'il ne fallait pas se fier aux commentaires Amazon et relevé qu'un des commentateurs - nouveau-venu sur Amazon et qui depuis, commente à tout va (un acheteur compulsif dira sans doute Amazon pour se justifier) avait juste fait un copié-coller d'un autre couteau Chef qu'il avait acheté, quelle coïncidence, le même jour ! :
"Très bon couteau, il est bien équilibré avec une très bonne prise en main. Il a un design très élégant et j'aime beaucoup le manche en bois. Il est bien tranchant comme on peux s'y attendre d'un tel couteau. Je le conseil pour toute personne qui désir avec un bon couteau chez soi".
Le court commentaire est en droite ligne avec ce que décrivit en 2016 le Journal of Consumer Research d'Oxford. Sur 1272 produits de 120 catégories différentes celui-ci démontre que les avis sur Amazon ne sont pas très objectifs, notamment en raison d'un contenu peu étoffé et d'une notation trop rapide, le plus souvent après seulement quelques utilisations. L'étude parle "d'illusion de validité".

Que voit-on d'autre dans les reviews du produit chinois. Tiens, une certaine Mahaut achète elle aussi le même jour (!) les deux mêmes couteaux (!), idem l'autre commentateur. Mais c'est incroyable ce qu'Amazon recèle de coïncidences.
Bref, il faut faire attention pour éviter les désillusions. Les 99 € ne sont certainement pas justifiés ici. Dans un acier similaire vous avez de chez Chroma du Haiku Yakitori à 19 € et pour le même prix de 99 € vous avez chez Chroma un couteau de marque made in Japan avec un réel suivi qualité et de vrais satisfecits. Le couteau Haiku équipe la main de Louis de Vicari, qui concourt pour le prix de meilleur commis au Bocuse d'Or 2019. Dans le passé Haiku a déjà remporté l'épreuve par deux fois. Nous voudrions aussi en cette période de gilets jaunes mentionner le fait qu'acheter hors UE à des revendeurs chinois ou autres, qui tous à de rares exceptions près fraudent la TVA sur Amazon, est une vision court-termiste pas très citoyenne et dangereuse pour notre démocratie. La France qui se débat dans d'inextricables difficultés pour combler son déficit devrait se pencher une fois pour toutes sur la taxation des GAFA et au demeurant, faire cavalier seul si l'Europe ne suit pas (l'Allemagne est réticente car négociant avec l'administration Trump pour que cette dernière ne taxe pas l'automobile en retour). Cette Realpolitik importée, sans cela, va nous tuer.

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 8 novembre 2018

Un couteau pour Noël


Souvent on nous demande quel produit conseillez-vous comme cadeau de Noël. La réponse n'est pas évidente car on ne vend que des bons produits et on les aime tous. Mais il faut bien qu'on oriente le choix de notre aimable clientèle, c'est le but de ce post.

Alors, pour commencer, que diriez-vous d'offrir en toute humilité, le meilleur tranchant du monde ;-) ? Ce clin d'oeil au récent test Koksmesser nous permet d'introduire la gamme Porsche comme une de celle qui coule de source pour un cadeau de Noël, notamment en raison de son conditionnement spécial coffret cadeau en bois. Le meilleur tranchant s'obtient en magasin à 120 €, c'est bon marché pour un acier japonais et si vous êtes à plusieurs, se grouper pour acheter la planche à découper qui va avec fait sens, combiné ensemble vous économiserez 80 €. Disponible chez : cuisinermanger.fr



De nombreux produits sont typés fin d'année.
Comme produit spécifique Noël citons le Katano Porsche P41 qui fait des merveilles pour la découpe des volailles. Ce couteau a une anatomie conçue de sorte que la forme donne la direction au couteau (il va vers l'os) avec un poids concentré sur la lame pour moins de cambrure au niveau du poignet.


Les formes très étudiées de la gamme Porsche ne laissent rien au hasard, ce que son créateur Ferdinand Alexander Porsche appelait "le design utile". C'est un des buts affiché, en sus de l'intemporalité du design chère à la marque. Pour illustrer le propos, ci-dessous la conception du couteau sashimi P38 à dos concave dans le but de ne pas altérer la saveur des aliments découpés.

L'occasion est aussi belle ce Noël de s'offrir la toute nouvelle gamme élite de Porsche, le couteau Chroma Turbo. Sur certaines formes de cette collection Chroma applique exceptionnellement le prix de la gamme type 301, une offre à saisir qui ne se représentera pas de sitôt. 


Second axe mis en avant cet automne, la gamme Masahiro. Parce ce que c'est le couteau de l'équipe de France de cuisine au Bocuse d'or en plein préparatifs du concours et parce que c'est un couteau redoutable pour les professionnels. Masahiro ne jette pas de la poudre aux yeux, ses découpes sont nettes et sans bavures, la France va en avoir bien besoin dans l'épreuve reine des concours de cuisine.



Enfin, un produit qui n'a jamais déçu, le pendant de Type 301 Porsche en manche bois à l'ancienne, Haiku. Là aussi, coffret luxueux (cartonné) pour offrir. Haiku personnifie le Japon plus qu'aucun autre de par les éléments esthétiques traditionnels, dont le reposant bois de honoki qui symbolise la netteté et la pureté. Comptez une centaine d'euros le couteau de chef ou Santoku.




Pour ceux et celles qui veulent aller plus loin, Haiku Kurouchi, le couteau qui chante, la valeur sûre Kasumi ou le nouveau venu en damas, Dorimu, sont des options qui ne décevront pas. Ils sont tous plus beaux les uns que les autres, Chroma France ne sélectionne aucun produit au hasard. Chaque gamme a ses spécificités et elles s'agrémentent entre elles pour un plaisir pluriel, comme un mariage heureux de saveurs. L'umami du couteau !

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 2 novembre 2018

Chroma Dorimu coreless damascus


On va vers les fêtes de fin d'année, l'occasion de mettre en relief un de nos plus beaux couteaux qui a trouvé ses  adeptes dès sa sortie. Bénéficiant d'une toute nouvelle technique de forge, il cumule plusieurs avantages par rapport à un VG10 normal.
Pour comprendre revenons un peu à la technique. Nous avons déjà vu sur ce blog que les damas impairs noyau + revêtement relevaient d'une méthode de fabrication spéciale, on soude ensemble plusieurs nuances d'acier avant de révéler à l'acide les différentes couches ainsi mêlées. Comme l'épée du chevalier au Moyen-Age, les couteaux damassés du type Kasumi, le pionnier en la matière, sont constitués d'un mélange d'aciers doux (shingane) et medium (kawagane) eux-mêmes appliqués sur un acier dur et précieux (hagane). En l'occurrence le VG10 chez Kasumi. L'avantage de cette technique est qu'il n'y a pas besoin de multiples pliages/soudages successifs, qui fragilisent les lames, comme c'est le cas pour les damas twistés, visuellement de beaux produits certes, mais au fil plus précaire.
Chez Dorimu ce VG10 a été allié dès le commencement. Au départ : 32 plaques de VG10 (1,0 % de carbone) et 32 de VG2 (0,8 % de carbone) alternativement les unes sur les autres. Cet empilement est comprimé à chaud sous haute pression au moyen de puissants rouleaux hydrauliques, une technique appelée "Clad Technology" par son inventeur, la société Takefu. Le tranchant obtenu sera meilleur car VG2 et VG10 combinent leurs avantages jusque dans le fil de coupe. Takefu ambitionne 25 % d'ICP (tranchant immédiat) et 40 % de longévité de tranchant en plus. A noter que c'est le seul acier damassé réalisé à partir de deux aciers fortement carburés, le prix de revient s'en ressent. Certains appellent cette technique coreless damascus (= damas sans noyau), d'autres dual core damascus (= damas double noyau). Les deux sont explicites.
Pour finir, car c'est un produit d'une beauté extraordinaire que nous a créée la société Chroma, les manches sont ajustés en érable norvégien. C’est un bois adapté à un usage quotidien intensif. Fil peu ondulé, grains fins et homogènes, l’érable est particulièrement sensible aux contrastes de température, il est donc recommandé de ne pas installer une source de chaleur à proximité. Ses caractéristiques mécaniques sont similaires à celles du chêne, mais l’érable permet une meilleure finition. Chroma Dorimu est une oeuvre d'art et une prouesse technologique qui il y a encore quelques années n'était pas envisageable. C'est le cadeau de Noël idéal positionné en ce sens avec son coffret de luxe en bois.




Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 23 octobre 2018

Sous-rires : les malandrins du couteau

Il ne vous a sûrement pas échappé que pullulent actuellement des offres de couteaux bon marché sur Amazon. Le couteau japonais n'échappe pas à ce phénomène car "japonais" sonne mieux que "chinois" ou "pakistanais". N'ayant jamais vu comment sont fabriqués des couteaux, rares sont les consommateurs qui savent faire la part des choses et identifier les arguments exubérants de bonimenteurs qui prétendent par exemple dans le titre que l'article est en acier VG10 alors que sur la lame est mentionné un acier différent, puis se contredisent encore dans le descriptif en-dessous. Vu sur cette annonce dont il est question ici, le  désopilant "renforcement en diagonal de niveau professionnel pour utiliser la technique de la prise en pincement " (rien compris à ce charabia) et : "couteau japonais fabriqué par un coutelier hautement compétent dans la ville de Yianjiang en Chine (!) avec un processus de construction s’étalant sur 90 jours" (!!). Ouh là, c'est pas cher, pour 90 jours de travail... Le pire, c'est que ce genre de fantaisie reçoit des évaluations. Certes les évaluations sur Amazon sont rarement circonstanciées et souvent immédiates, dès l'achat, de la part d'acheteurs qui trouvent étonnant qu'un couteau coupe et qui dès lors vont jusqu'à "recommander de mettre un gant anti-coupure pour travailler avec" (sic), quand les commentaires ne sont pas tout bonnement achetés ou rendus moyennant fourniture gratuite de l'article lors du lancement. Mais c'est quand même saugrenu que des produits bas de gamme soient mieux évalués que les produits de maîtres qui ont fait leurs preuves.
Un consom-acteur responsable a relevé un de ces subterfuges auxquels se prête Amazon ; pas un vendeur de la Marketplace, non, Amazon itself.
On passe déjà un beau moment avec le descriptif du couteau, très drôle :  
"La gamme de couteaux Wakoli (une marque sans passé créée pour l'occasion) Damas fait partie des couteaux les plus aiguisés au monde" (on les imagine aiguiser à longueur de journée :-) )
"La lame en acier au carbone durci à haute allié offre un tranchant optimal" (parlez-vous la France..) 
"Un couteau est composé de 67 couches au total et est donc parfaitement protégé contre la casse et la corrosion" (rien à voir) 
"Les couteaux en acier de Damas sont composés d'une couche intermédiaire particulièrement dure" (de Damas, en Syrie ? :-), une seule couche, on croyait 67 ?) 
"Ces couteaux en acier forgé 67 (vive le 67!) ne sont pas seulement uniques, ils sont aussi tranchants de rasoir" :-)) (faisons remarquer qu'un rasoir se jette après une demi-douzaine d'utilisations)
D'ailleurs, il ne s'agit pas de 67 couches mais de 33 (16 X 2 + le noyau, c'est visible à l'oeil nu), mais comme on est dans l'emphase, pourquoi ne pas compter double. Sur les couches, voir notre article de novembre 2016 sur le blog.
En définitive le pot-aux-roses nous est dévoilé par un acheteur auquel nous empruntons sa photo pour la bonne cause, qui relève que le damas n'en est pas un, c'est un film qui revêt le couteau et qui s'enlève au grattage !! D'ici à ce que ces produits qui se détachent soient en plus non-alimentaires et toxiques, cela ne nous étonnerait même pas car personne ne fait les contrôles comme nous les faisons nous-mêmes sur place.

Il en va de même des pierres à aiguiser. On s'en était déjà ému sur ce blog. La fabrication d'une pierre à aiguiser n'est pas aussi simple qu'il n'y paraît. Certaines pierres sont plus friables que d'autres. Cela signifie qu'une pierre à 30€ durera moins qu'une à 60€ et une à 60€ moins qu'une à 90€. Une pierre à 20€ va se creuser après une dizaine d'emplois et le client n'aura rien gagné, pas même une initiation car il n'aura pas acquis le bon geste. Et surtout, les aciers japonais ayant une structure cristalline plus fine que les autres, les fabricants calibrent leurs pierres à leurs matériaux. On ne peut que réitérer les mises en garde, que ce soit en couteaux ou en pierres, pensez plaisir mais aussi investissement et pas seulement portefeuille. Un couteau que vous ne pourriez pas aiguiser pollue la planète. Quatre achats de pierre au lieu d'une est également un gaspillage de ressources. 




Rendez-vous sur Hellocoton !