vendredi 24 mai 2019

Nouveautés Kasumi

Deux nouveautés viennent d'arriver chez Kasumi. D'une part, un complément de lame de 15 cm pour les travaux de près, la réf. 82015, d'autre part un merveilleux coffret de couteaux à steaks.
Eh oui, après les couteaux à pain, les Japonais font aussi du couteau à steak. Ce qui peut paraître incongru à première vue ne l'est point en réalité, leur technique héritée du sabre, passée par le couteau de cuisine, puis le couteau de poche, a franchie la frontière de la table. Car que faut-il pour un bon couteau à steak ? Une lame bien tranchante qui se guide avec les doigts seuls, sans dents pour ne pas déchirer la viande et une dimension étudiée pour "arriver dans l'assiette" à distance de bras. Il faut aussi repenser le manche car les manches ronds roulent sur la table. Bien sûr Kasumi n'a pas omis ce détail, les manches en bois de cerisier durci ont été chanfreinés en ce sens, un travail d'orfèvre dont nous avons pu constater la précision sur place. En effet nous avions visité l'usine en avril dernier et constaté qu'au-delà du travail de l'acier, le manche représentait une part importante du prix de revient de fabrication. Après avoir visité plusieurs coutelleries nous avons été frappés chez Kasumi de la propreté qui règne dans leurs ateliers et du confort de travail. Les ouvriers sont choyés, les produits le seront d'autant plus si tout est accordé. Et pour finir une petite vidéo tournée à Seki.





Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 3 mai 2019

Kyoto, cerisiers en fleur

Nous avons été longtemps muets, nos articles se sont raréfié mais c'est pour la bonne cause, une visite au Japon pour imaginer de nouvelles créations coutelières.
Mais avant, revenons en images sur ce joli mois d'avril au cours duquel nous avons eu la chance d'observer les cerisiers en fleurs à Kyoto, l'ancienne capitale japonaise pendant plus de 1000 ans.

L'occasion d'évoquer un certain Henry Stimson (1867-1950). Peu connu, ardent défenseur de l'aide à la France et à la Grande-Bretagne en 1939, il fut nommé par Roosevelt au poste de ministre de la guerre et le resta tout le long de la seconde guerre mondiale et après. Stimson est certes un des promoteurs de la force nucléaire contre le Japon, une lourde responsabilité, mais c'est aussi celui qui lutta farouchement pour qu'on enlève de la liste des cibles la ville de Kyoto qui était placée en première position sur la liste. Les Américains voulaient frapper fort et Kyoto était le coeur vibrant de la culture du pays. Entourée de montagnes à l'est et à l'ouest, principalement construite en bois, la destruction aurait été totale. L'histoire dit que Stimson avait passé sa lune de miel à Kyoto, c'est ce qui sauvera la cité remplacée par Nagasaki 15 jours avant lancement de la deuxième bombe nucléaire, le 9 août. Nagasaki avait été visé, 3 jours après Hiroshima, car la visibilité sur la ville de Kokura, passée en seconde position, était mauvaise.










Rendez-vous sur Hellocoton !